corps d'armée Algérienne
Bienvenue sur le forum corps d'Armée Algérienne DZ.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.la présentation reste de rigueur Merci.

corps d'armée Algérienne

Forces -Armée - Algérienne
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
présentation Obligatoire sur le forum la presentation doit se faire en même temps que l'inscription.
merci de vous rendre: http://forum-corps-armee-al.forumactif.org/t4-presentation
le non respect de cette formalité sera banni dans les heures qui suive
Merci de votre présence sur le forum.


Partagez | 
 

 le jour le plus long (débarquement de Normandie )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar

Messages : 543
Réputation : 11
Date d'inscription : 24/01/2014
Age : 29
Localisation : ici

MessageSujet: le jour le plus long (débarquement de Normandie )   Mer 5 Fév - 16:53

voici un résumé de la journée du 6 juin :
coté français,
aviation jette 30 tonnes d'explosifs. totalise 96 sorties de bombardiers, en 10 expéditions dont les objectifs principaux sont situés dans les régions de Chaulnes et de Varennes
Dans la nuit, 19 tonnes de bombes sont lancées sur Laon, La Fère, Saint-Quentin, Guise, Hirson, Mézières, Neufchâtel, Montcornet, Vervins, Bapaume, Péronne et Hamm.

Les avions anglais effectuent un raid au-dessus de la forêt de Saint-Gobin et sur la Rhur
la journée du 6 juin 1940 soit bien noire "armée de l'air"
Chasse:
Pertes en personnels :
8 pilotes tués
7 pilotes Blessés

Pertes en matériel :
1 Morane 406 (combat)
6 Bloch 152 (Combat)
7 Curtiss H-75 (Combat)
1 Dewoitine 520 (Combat)

Bombardement:
Pertes en personnels :
24 tués (Combat)
21 blessés (Combat)
10 parachutés (Combat)
1 blessé (Accident)

Pertes en matériel :
10 LeO451 (combat)
3 Breguet 693 (Combat)
2 Martin 167F( Combat)
1 Breguet 691 (Accident)

Reconnaissance:
Pertes en personnels :
3 tués (Combat)

Pertes en matériel :
1 Potez 63-11 (Combat)


Le GC II/6 : Au cours de la matinée , Le groupe au complet (25 Bloch 152) decolle de Châteauroux en direction du terrain De Vouarces -Anglure. Dna sle courant de l'après-midi, décollage de Vouarces pour une mission de destruction. Le Bloch 152 N)677 du sergent Geillon est descendu en combat aérien ; l'appareil s'écrase à Viels-Maisons (Aisne) a 10km ouest de Montmirail. Le pilote blessé et dirigé sur l'hôpital de Sézanne. L'avion est détruit




Débarquement et bataille de Normandie

D Day- Debarquement de Normandie 6 Juin 1944-6 June 1944. Never forget...


Le 6 juin 1944, les 80 kms de côtes Normandes se préparent à subir la plus grande attaque aéronavale de tous les temps. Ce jour là, ce sont 8 divisions qui prennent part au débarquement (5 sur les plages et 3 dans les airs), totalisant près de 200 000 hommes avec les renforts. La logistique représente : 5 000 embarcations d’assaut, 1 300 navires marchands, 1 200 bateaux de guerre, 11000 avions (dont 3500 chasseurs et 5000 bombardiers) , 20 000 véhicules (des jeeps aux chars).


Les Allemands aussi se prépare à l'offensive. Le 22 avril 1944, le maréchal Erwin Rommel déclare à son aide de camps : Croyez-moi, Lang, les premières vingt-quatre heures seront décisives... Le sort de l'Allemagne en dépendra... Pour les alliés comme pour nous, ce sera le jour le plus long"



Les plages du 6 juin 1944



Les Rangers à l'assaut de la pointe du Hoc
La pointe du Hoc est une falaise abrupte de 30 mètres qui domine la plage d'omaha et de Utah.

Les Allemands exploitent cette position en y installant une batterie sous abri bétonné de 5 canons de 155mm (portée de 20kms).
La prise de cette falaise est cruciale car elle doit garantir la sécurité des 2 plages Américaines (Omaha et Utah).

Le 6 juin 1944, le 2ème Bataillon de Rangers débarque sur la plage de galets de la Pointe du Hoc sous les ordres du lieutenant colonel James E.Rudder.



B26 Marauders bombardant la Pointe du Hoc



(U.S. Air Force/National



Quelques heures avant le débarquement sur les plages de Normandie, le 6 juin 1944, le général américain Dwight D. Eisenhower à la tête des forces alliées en Europe fait un dernier discours aux hommes prêts pour le jour J.



http://sites.estvideo.net/normandie1944/index.html
3ème - Le débarquement du 6 juin 1944


Débarquement Alliés

Débarquement et bataille de Normandie


Objectifs

L'objectif des Alliés, dans cette opération est de créer un second front, réclamé par Staline depuis 1942, en Europe du Nord-Ouest (opération Overlord), par la mise en place d'une tête de pont qui puisse ouvrir un accès assez rapide vers le cœur de l'Allemagne. La progression du front italien, trop lente, ne permet pas, en effet, d'espérer une issue rapide en Europe.

Le plan d'exécution en Normandie s'articule en deux phases :

1. s'emparer d'une tête de pont afin de prendre le nœud routier de Caen et le port de Cherbourg (opération Neptune).
2. élargir la zone par la conquête de la Bretagne et des ports de la façade atlantique d'une part, avancer jusqu’à une ligne Le Havre-Le Mans-Tours d'autre part
La Guerre En Couleur - Triomphe Et Désespoir 1/3

Avant la bataille, les Alliés ont soigneusement cartographié les zones de débarquement, en prêtant une attention particulière à la météo en Manche. Les conditions propices à un débarquement sont hasardeuses : marée basse à l'aube pour éviter les obstacles anti-navires, que les Allemands ont concentrés sur la ligne de marée haute; entre un jour avant et quatre jours après la pleine Lune pour des raisons de marée ; temps calme, avec des vents inférieurs à la force 3 (moins de 12 km/h) sur la côte, et de force 4 (moins de 20 km/h) au large ; couverture nuageuse peu épaisse jusqu’à une altitude de 2 400 m, et la base des nuages au-dessus de 900 m d'altitude ; visibilité supérieure à 4,5 km. Pour ces mêmes raisons, les Allemands ne craignent pas de débarquement à cette date
c'est pas sorcier : le debarquement en normandie (2/3)
L'opération Neptune incluait la traversée de la Manche de plusieurs milliers de navires, les opérations aéroportées dans la nuit précédente et les bombardements préparatoires aériens et navals des défenses côtières allemandes au matin du 6 juin et enfin le débarquement des troupes sur les plages (d'ouest en est) de Utah Beach et Omaha Beach (plus la prise de la pointe du Hoc) pour les Américains et Gold Beach, Juno Beach et Sword Beach pour les Anglo-canadiens. Une fois les plages prises, l'opération se poursuivait avec leur jonction et l'établissement d'une tête de pont sur la côte normande puis l'acheminement d'hommes et de matériels supplémentaires. Les jours suivants devaient voir la mise en place des structures logistiques (ports, oléoduc) pour le ravitaillement du front et le débarquement de troupes supplémentaires. L'opération cessa officiellement le 30 juin 1944.



Bien qu'il soit quelquefois affirmé que l'opération Neptune ne fut que la partie navale de l'opération Overlord, elle-même souvent limitée au seul débarquement Allié et à l'établissement des têtes de pont sur la côte normande, les sources historiques établissent clairement que l'opération Neptune est la partie débarquement et établissement d'une tête de pont côtière au sein de la plus vaste opération Overlord qui elle visait l'établissement d'une tête de pont de plus grande échelle dans le Nord-Ouest de l'Europe.
Avant et durant l'opération Neptune eut lieu l'opération Fortitude, nom de code collectif des opérations de désinformation et de diversion des Alliés pour d'abord cacher à l'état-major allemand le lieu réel du débarquement en Europe du Nord-ouest puis une fois le débarquement de Normandie effectué, faire croire qu'il ne s'agissait que d'un débarquement secondaire de diversion. Le but était d'abord d'éviter une renforcement des défenses et une concentration de troupes en Normandie puis ensuite d'éviter une arrivée trop rapide des renforts allemands, particulièrement des blindés, dans les premiers jours suivants le débarquement, avant que les Alliés n'aient pu établir une tête de pont suffisamment solide. Parmi l'opération Fortitude, 2 volets importants :

* l'opération Skye (britannique): British Fourth Army , armée fictive basée à Édimbourg et en Irlande du Nord pour faire croire à un débarquement en Norvège
* l'opération Quicksilver (américaine) : First United States Army, armée fictive commandée par le Général Patton pour faire croire à un débarquement dans le nord de la France.

Buts de l'opération Neptune






Le 6 juin 1944, à l'aube, une armada de 5.000 navires et 130.000 hommes, Britanniques, Étasuniens ou Canadiens pour la plupart, s'approche des côtes normandes.
Protégée par 10.000 avions, elle s'apprête à débarquer sur les plages de Normandie.
Dénommée «Overlord» (suzerain en français), cette opération aéronavale est la plus gigantesque de l'Histoire. Sa mission : chasser les Allemands d'Europe occidentale, établir une jonction avec les troupes soviétiques et en finir avec le nazisme.
Le jour J
Commandé par le général américain Eisenhower, le débarquement de Normandie a été préparé en secret en Angleterre, dès la fin 1943, avec pas moins de 3.500.000 hommes.
Les Alliés ont réussi à convaincre Hitler que leur débarquement aurait lieu plus au nord, ce qui leur permet le jour venu de n'affronter que 17 divisions allemandes sur les 50 présentes dans la région.
Dans la nuit du 5 au 6 juin, 23.500 parachutistes sont lâchés derrière les lignes ennemies. À l'intérieur des terres, les réseaux de résistance s'activent.
Au matin du Jour J, à 5h30, les avions alliés et une demi-douzaine de cuirassés bombardent les fortifications des plages et des falaises. Une heure plus tard, cinq divisions commencent à débarquer sur autant de plages aux noms codés. De l'ouest vers l'est, Utah et Omaha (troupes américaines), Gold (troupes britanniques), Juno (troupes canadiennes) et Sword (troupes britanniques).
La chance sourit aux Alliés qui n'ont à affronter que deux avions de chasse allemands. Quant aux chars allemands, ils sont restés en réserve à l'intérieur des terres. C'est ainsi qu'à la fin de la journée, 135.000 hommes ont déjà réussi à poser le pied sur le sol français. Il faudra encore onze mois de combat avant que l'Allemagne ne capitule

























diaporama sur Les ponts flottants
source :
http://fr.scribd.com/doc/49311713/De-drijvende-havens-in-Normandie

[/b]


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le jour le plus long (débarquement de Normandie )   Dim 1 Juin - 22:12

Véritable musée à ciel ouvert, l'Espace Historique de la Bataille de Normandie rassemble, sur les trois départements du Calvados, de la Manche et de l'Orne, les sites, musées et lieux de mémoire qui traitent du 6 juin 1944 et de l'offensive qui s'ensuivit. En 2014, de nombreuses cérémonies du souvenir, mais aussi des événements festifs, prendront place en Normandie pour célébrer, comme il se doit, le 70ème anniversaire.




Débarquement: Hollande en Normandie pour rendre hommage aux victimes civiles




http://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/debarquement-hollande-en-normandie
Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar

Messages : 543
Réputation : 11
Date d'inscription : 24/01/2014
Age : 29
Localisation : ici

MessageSujet: Re: le jour le plus long (débarquement de Normandie )   Lun 2 Juin - 13:07

Le Débarquement

Le film des évènements du 6 juin 1944 commence peu de temps après minuit avec le largage des premières troupes aéroportées britanniques entre l’Orne et la Dives. Puis c’est au tour des parachutistes américains de sauter sur le Cotentin, à l’autre extrémité du secteur. Pendant ce temps, les bombardiers lourds de la RAF pilonnent les batteries d’artillerie du Mur de l’Atlantique jugées les plus dangereuses.

A l’aube, les Allemands, incrédules, découvrent devant leurs yeux une mer couverte de bateaux. L’opération Neptune, première phase du plan Overlord, qui vise la reconquête de l’Europe, est en marche.

A 5h 45, la flotte ouvre le feu sur les défenses allemandes.

A 6h 30, les premières vagues d’assaut américaines touchent les plages d’Utah et d’Omaha. En secteur britannique et canadien, l’attaque est lancée avec une heure de décalage en raison de l’heure différente de la marée.

Au soir du 6 juin, 20 000 véhicules et 155 000 soldats ont été mis à terre (y compris les parachutistes). Les pertes (tués, blessés et disparus) s’élèvent aux environs de 10000 hommes, soit sensiblement moins que les prévisions ne le laissaient craindre.

A l’exception d’Omaha, où le sort de la bataille reste longtemps en suspens, le Mur de l’Atlantique est partout enfoncé sans rémission et les Alliés pénètrent à l’intérieur des terres d’une dizaine de kilomètres.






Citation :
Pendant de longs mois, un débat sur la stratégie à adopter pour la reconquête de l’Europe divisa Britanniques et Américains. Les premiers, plus attirés par des opérations périphériques en Méditerranée, imposèrent dans un premier temps leur point de vue : d’où la série de débarquements en Afrique du nord (novembre 1942), en Sicile (juillet 1943) puis dans le sud de l’Italie (septembre 1943).

Les Américains, partisans d’une attaque plus directe contre l’Allemagne, préconisaient un assaut trans-Manche. En échange de leurs concessions au sujet de l’Italie, ils obtinrent l’accord de leur alliés au début de l’année 1943. Un état-major, le COSSAC, dirigé par le général britannique Morgan, fut alors chargé de planifier l’opération pour 1944.

Il restait à décider de la date et du lieu du débarquement, tout en s’attelant à résoudre de multiples problèmes matériels et en s’efforçant de maintenir les Allemands dans l’ignorance des projets exacts des Alliés.


Citation :
Les grandes phases de la Bataille de Normandie

La bataille de Normandie dura près de trois mois, c’est à dire beaucoup plus longtemps que ne l’avaient prévu les stratèges alliés.

Si la bataille pour l’extension de la tête de pont est gagnée en une dizaine de jours, et le port de Cherbourg conquis de haute lutte fin juin, les difficultés commencent ensuite.

Juillet est le mois le plus noir pour les Alliés. Britanniques et Canadiens sont tenus en respect devant Caen par les divisions blindées allemandes. La ville n’est entièrement libérée que le 19. Pendant ce temps, les Américains piétinent dans le Cotentin, pris au piège de la guerre des haies et éprouvent les pires difficultés pour enlever Saint-Lô le 18 juillet.

Tout change fin juillet avec le succès de l’opération Cobra qui permet aux Américains d’enfoncer sans rémission les défenses ennemies et de déferler en direction de la Bretagne et de la Loire.

Début août, l’échec de la contre-attaque de Mortain, ordonnée par Hitler, précipite la déroute des armées allemandes, menacées d’encerclement et en partie anéanties dans la poche de Falaise à la fin de ce même mois. Il ne reste plus alors aux rescapés qu’à évacuer le reste de la Normandie, repasser la Seine et refluer en direction de l’Allemagne.




Citation :
Le Mur de l'Atlantique

L’attaque de l’URSS, le 22 juin 1941, et la résistance inattendue offerte par l’Armée rouge, obligèrent l’état-major allemand à dégarnir dangereusement le front Ouest en y puisant des troupes de plus en plus nombreuses. L’entrée en guerre des Etats-Unis en décembre 1941 renforça la crainte d’un débarquement anglo-saxon et décida Hitler, ce même mois, à renforcer son système de défense en ordonnant la construction du Mur de l’Atlantique.

Cette œuvre gigantesque, confiée à l’organisation Todt, commença en 1942. Elle n’était pas totalement achevée en 1944, malgré les efforts déployés par le maréchal Rommel, devenu depuis la fin de l’année 1943 responsable de tout le secteur allant des Pays-Bas à la Loire.

Il s’agissait d’édifier 15 000 ouvrages tout le long du littoral de la mer du Nord, de la Manche et de l’Atlantique ; ce qui allait nécessiter l’emploi de 450 000 ouvriers (volontaires ou requis) et l’utilisation de 11 millions de tonnes de béton et de 1 million de tonnes d’acier pour les armatures.

Contrairement à l’image qu’entend répandre la propagande allemande, le « Mur » n’est pas un obstacle continu. Schématiquement, il se compose de quatre ensembles : les forteresses, les batteries d’artillerie côtières, les ouvrages de défense rapprochée des plages et les obstacles dressés sur les plages elles-mêmes ou dans l’arrière-pays.

De très nombreux vestiges du Mur de l’Atlantique - plus ou moins bien conservés - sont encore visibles aujourd’hui le long des côtes normandes.

Derrière le « Mur », étaient massés plus de 700 000 hommes. Pour sa part, l’armée allemande en Basse-Normandie comptait l’équivalent de 7 à 8 divisions
Affiche de propagande allemande




Citation :
Les Normands dans la bataille

Au cours de l’été 1944, les Bas-Normands se sont trouvés pris au beau milieu d’une gigantesque bataille. Au plus fort des affrontements, dans le courant du mois de juillet, plus de deux millions de soldats se faisaient face, soit deux fois plus qu’il n’y avait d’habitants dans les départements de la Manche et du Calvados où se déroulaient alors les combats.

Dans ces conditions, les victimes civiles furent particulièrement nombreuses. Pour échapper aux bombes ou aux obus, la population se réfugia dans les caves, les grottes, les carrières, les galeries de mines, dans des tranchées couvertes de fagots. Par dizaines de milliers, des gens de la Manche et du Calvados s’enfuirent vers le sud, prenant les chemins de l’exode sur des routes rendues dangereuses en raison des mitraillages aériens.

Pendant ce temps, d’autres Normands, engagés dans les rangs de la Résistance, s’efforçaient d’apporter leur appui aux Alliés.

La Bataille de Normandie, engagée sur les plages le 6 juin 1944, dura beaucoup plus longtemps que prévu et ne se termina qu’à la fin du mois d’août. Dans ces conditions, la libération des communes ne se fit que lentement et progressivement. Au fur et à mesure où celle-ci s’accomplit, les Normands réservèrent aux troupes alliées un accueil enthousiaste.





Citation :
Victimes civiles

Les Normands ont payé un prix très lourd pour la Libération. On déplora au total 20 000 morts parmi la population civile (dont 14 000 pour la seule Basse-Normandie), soit plus qu’il n’y eut de soldats britanniques ou canadiens (16 000 morts) tués pendant la bataille et autant que les pertes américaines (21 000 morts).

En majorité, ces victimes furent tuées lors de bombardements aériens alliés qui avaient pour but de briser les nœuds de communication et ralentir l’arrivée des renforts allemands. Les raids les plus meurtriers eurent lieu le 6 juin au soir et dans la nuit du 6 au 7, provoquant la destruction de villes telles que Lisieux, Pont-l’Evêque, Caen, Argentan, Flers, Condé-sur-Noireau, Vire, Saint-Lô, Coutances et la mort de plus de 3 000 personnes. Les tracts lancés dans la journée pour inciter les habitants à fuir n’eurent que peu d’effet. Dans les jours suivants, des bombes ravagèrent à leur tour L’Aigle, Avranches, Valognes, Vimoutiers, Falaise, Alençon…

Les bombardements aériens décrurent par la suite, mais frappèrent encore brutalement des bourgs ou des villages comme Aunay-sur-Odon ou Evrecy.

Les tirs d’artillerie forment la seconde cause de décès au sein des populations civiles prises au beau milieu de la bataille. Viennent ensuite les mitraillages sur les routes de l’exode empruntées par des milliers de gens chassés vers le sud par les combats.

Par ailleurs, il convient de ne pas oublier les Normands exécutés sommairement par les Allemands pour actes de résistance ou pour avoir simplement refusé d’obéir aux ordres donnés (650 pour la Basse-Normandie). Parmi eux, les 75 à 80 patriotes internés à la maison d’arrêt de Caen et massacrés par les Nazis le jour même du Débarquement.

Enfin, d’assez nombreuses personnes – des cultivateurs, des marins et souvent des enfants – furent victimes de mines ou d’engins explosifs bien des mois encore après la Libération.




Nombre de civils tués par département :

Calvados 8 100
Manche 3 700
Orne 2 100
Eure 900
Seine-Maritime 4 850

http://www.normandiememoire.com/fr_FR/content/view/id-63-progression-du-front




Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar

Messages : 543
Réputation : 11
Date d'inscription : 24/01/2014
Age : 29
Localisation : ici

MessageSujet: Re: le jour le plus long (débarquement de Normandie )   Dim 8 Juin - 11:07

Commémoration du débarquement allié en Normandie

Maghrébins et Africains, oubliés de l’histoire


Citation :

Les Africains en général et les Maghrébins en particulier demeurent les grands oubliés de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.


La preuve, aucun mot n’a été soufflé, le 6 juin 2014, sur les lourds sacrifices consentis par les Africains lors de la célébration, en France, de la victoire du monde sur le nazisme et du 70 e anniversaire du débarquement allié en Normandie. Les Occidentaux continuent à ne mettre en valeur que les hauts faits d’armes des soldats américains et européens. Les soldats africains ont pourtant activement participé à la Seconde Guerre mondiale. Ils ont même été décisifs dans de nombreuses grandes batailles.

Les livres d’histoire n’en parlent pas beaucoup, mais les soldats algériens, considérés comme des combattants d’élite, ont été, par exemple, les premiers à avoir traversé le Rhin.C’était dans la nuit du 30 au 31 mars 1945, à 3 heures du matin. Mais il faut savoir que la mobilisation en Afrique du Nord commence très tôt. Elle permit, de septembre 1939 à juin 1940, de constituer pour le corps de bataille quatorze divisions regroupant 340 000 hommes. Huit divisions étaient sur le front français le 10 mai 1940, au moment de l’offensive allemande. Sur les six divisions françaises qui tenaient entre la Dyle et la Meuse, trois étaient nord-africaines.

Le cauchemar des prisons nazies

La débâcle de l’armée française en juin 1940 se solda par plus de 85 000 tués, dont 5 400 Nord-Africains et 1 800 000 prisonniers dont, selon Yves Chatel, le gouverneur général de l’Algérie de l’époque, 90 000 musulmans (60 000 Algériens, 18 000 Marocains et 12 000 Tunisiens). Excepté une dizaine de milliers de libérations et autant d’évasions, le reste des prisonniers coloniaux connut la captivité jusqu’à la Libération, quand ils n’étaient pas décimés par les maladies qui ravageaient leurs centres de détention. Les choses ne se sont pas arrêtées là.

Juste après le débarquement allié en Afrique du Nord en novembre 1942, les trois colonies du Maghreb furent de nouveau mises fortement à contribution pour reconstituer l’armée française et participer aux combats pour la libération de la France et de la Tunisie. Armées par les Américains, les unités françaises, cinq divisions d’infanterie et trois divisions blindées, furent reconstituées et instruites au
Maghreb pour être immédiatement incorporées au dispositif allié.

Le chiffre le plus souvent avancé concernant l’effectif des musulmans maghrébins dans l’armée française de 1944 est celui de 233 000 hommes. Certains historiens estiment l’ensemble des troupes fournies par les trois pays d’Afrique du Nord de 200 000 à 250 000 musulmans entre 1943 et 1945, dont 120 000 à 150 000 pour la seule Algérie. Les évaluations des pertes de l’armée française depuis la campagne de Tunisie jusqu’à la capitulation allemande le 8 mai 1945 varient entre 97 000 et 110 000 tués, blessés et disparus. Si on se base sur les chiffres communiqués par le Service historique de l’armée de terre française (SHAT) qui font apparaître un total de 97 715 tués et blessés pour l’ensemble de l’armée française dont 11 193 tués et 39 645 blessés pour les musulmans, la proportion est de 52%.

Au total, le Maghreb fournit à l’armée française durant la Seconde Guerre mondiale, si l’on additionne les chiffres de 1939-1940 et ceux de 1942-1945, pas moins de 800 000 combattants dont deux tiers d’indigènes. En tout, on estime le nombre d’Algériens tués durant la seconde guerre mondiale à 40 000.

Chair à canon

Des milliers de soldats noirs appelés aussi «Tirailleurs sénégalais» (dont le nombre est de 179 000) ont également été mobilisés à partir de différentes colonies françaises vers la France lors de la Seconde Guerre mondiale. Beaucoup de prisonniers noirs appartenant aux unités de tirailleurs sénégalais et parfois nord-africaines ont connu un sort tragique. Considérés par les Allemands comme des «troupes sauvages» et furieux d’avoir rencontré une farouche résistance opposée par ces combattants, notamment pour défendre la ville de Lyon, beaucoup d’entre eux furent massacrés après leur capture sans aucune autre forme de procès, jetés dans des fosses communes ou dans les flammes des fermes en feu. Certains furent achevés, écrasés par les chenilles de chars allemands.

Par ailleurs, les empires coloniaux français et britannique ont joué un rôle majeur dans la guerre. L’Afrique, en particulier, a été le théâtre de nombreuses opérations et a participé au financement de la guerre. Les puissances coloniales engagées dans la guerre (Allemagne et Italie, d’un côté, contre la France, l’Angleterre, la Belgique de l’autre) se sont en effet affrontées en Afrique à travers leurs colonies. L’Afrique contribuera beaucoup à la consolidation du camp des alliés, notamment en servant de base arrière pour leurs opérations. L’Algérie a même servi pendant un moment de «quartier général» pour la «France Libre».

Malgré tous ces sacrifices, il a fallu cependant attendre jusqu’en 2007 pour que les anciens combattants africains de l’armée française perçoivent la même pension que les soldats français engagés dans la guerre. Pis encore, la France en 1945 ne tiendra pas sa promesse de laisser les pays qu’elle a colonisés accéder à leur indépendance nationale. Le cauchemar colonial allait ainsi se poursuivre pour des millions d’Africains durant près de deux décennies.
http://www.elwatan.com/international/maghrebins-et-africains-oublies-de-l-histoire-08-06-2014-260369_112.php



Revenir en haut Aller en bas
berhoum

avatar

Messages : 189
Réputation : 7
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: le jour le plus long (débarquement de Normandie )   Dim 8 Juin - 11:27

Commémoration du débarquement allié en Normandieaffraid 

Maghrébins et Africains, oubliés de l’histoire study scratch 

A croire qu'ils étaient que de la chair à canon... Crying or Very sad 



article déjà poster

http://www.elwatan.com/international/maghrebins-et-africains-oublies-de-l-histoire-08-06-2014-260369_112.php




Revenir en haut Aller en bas
berhoum

avatar

Messages : 189
Réputation : 7
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: le jour le plus long (débarquement de Normandie )   Dim 8 Juin - 11:55

Les puissances occidentales célèbrent le D-Day

C’est une commémoration dans l’entre-soi qui réunira pendant cinq jours, à partir de vendredi, l’Occident autour de l’anniversaire du débarquement allié en 1944.D’ici le mois d’août, pensera-t-on au reste du monde ? Et notamment aux fils de l’Algérie qui ont donné leur sang pour la libération de la France ?

Citation :
Elle continuera jusqu’au 15 août, date du débarquement de Provence, qui vit l’armée française, reconstituée en Algérie, fouler enfin le sol français, avec dans ses rangs de milliers de soldats d’Afrique du Nord, essentiellement algériens, dont beaucoup perdirent la vie. La non-reconnaissance de ce sacrifice suprême conduisit aux manifestations du 8 Mai 1945, prélude de la guerre de Libération nationale, neuf ans plus tard.

Lire la suite: http://www.elwatan.com/international/les-puissances-occidentales-celebrent-le-d-day-05-06-2014-259984_112.php




Revenir en haut Aller en bas
RAID

avatar

Messages : 289
Réputation : 6
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 27
Localisation : en mission

MessageSujet: Re: le jour le plus long (débarquement de Normandie )   Dim 6 Juil - 19:46



Il y a 70 ans, le 6 juin 1944, les pays alliés débarquaient leurs troupes en Normandie pour ouvrir un second front en Europe. Des images d'archive de la Seconde guerre mondiale




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le jour le plus long (débarquement de Normandie )   

Revenir en haut Aller en bas
 
le jour le plus long (débarquement de Normandie )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le jour le plus long (débarquement de Normandie )
» 50 ans après le tournage du Jour le plus long
» Débarquement de Normandie
» Playmobil - Débarquement de Normandie du 6 juin 1944
» Le débarquement de Normandie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
corps d'armée Algérienne :: (Histoires Militaire et Conflits)  :: (les crises et conflits Militaire) :: (les guerres passées)-
Sauter vers: