corps d'armée Algérienne
Bienvenue sur le forum corps d'Armée Algérienne DZ.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.la présentation reste de rigueur Merci.

corps d'armée Algérienne

Forces -Armée - Algérienne
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
présentation Obligatoire sur le forum la presentation doit se faire en même temps que l'inscription.
merci de vous rendre: http://forum-corps-armee-al.forumactif.org/t4-presentation
le non respect de cette formalité sera banni dans les heures qui suive
Merci de votre présence sur le forum.


Partagez | 
 

 Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
berhoum

avatar

Messages : 189
Réputation : 7
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Ven 16 Mai - 17:19

Fermeture "à titre préventif et urgent" de l'ambassade et du consulat général d'Algérie à Tripoli

Citation :
L'Algérie a procédé à la fermeture «à titre préventif et urgent» de son ambassade et son consulat général à Tripoli, indique vendredi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
«Suite à des informations certaines de l'existence d'une menace réelle et imminente ciblant nos diplomates et agents consulaires, il a été décidé, en coordination avec les autorités libyennes, de procéder à titre préventif et urgent, à la fermeture de notre ambassade et de notre consulat général à Tripoli», précise le communiqué.
Tout en insistant sur «le caractère temporaire de cette mesure dictée par les conditions sécuritaires difficiles», le ministère des Affaires étrangères rappelle à nouveau la «solidarité» de l'Algérie avec le peuple et les autorités libyennes et son "soutien aux efforts consentis pour l'édification de l'Etat de droit et pour l'instauration de la paix et de la sécurité sur l'ensemble du territoire libyen".

http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/194831-fermeture-quot-a-titre-preventif-et-urgent-quot-de-l-039-ambassade-et-du-consulat-general-d-039-algerie-a-tripoli.html




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Sam 17 Mai - 20:28

Aujourd'hui, 18:06

Libye : 43 personnes tuées dans des affrontements à Benghazi


© Photo: en.wikipedia.org/Dennixo/cc-by-sa 3.0


[size=20]MOSCOU, 17 mai - RIA Novosti/La Voix de la Russie Les affrontements à Benghazi entre un groupe d'islamistes armés et les militaires placés sous le commandement de l'ex-général Khalifa Haftar ont fait 43 morts et plus de 100 blessés, a annoncé samedi l'agence Reuters, citant un porte-parole du ministère libyen de la Santé.

[/size]
Les affrontements ont débuté suite à l'attaque lancée par les troupes de l'ex-général Haftar contre une base d'islamistes ayant combattu contre Mouammar Kadhafi. 

Une situation très tendue persiste en Libye depuis le renversement du colonel Kadhafi et la fin de la guerre civile. Le pays demeure le théâtre d'hostilités entretenues par de nombreuses formations paramilitaires organisées selon le principe territorial ou tribal. Ces groupes sont parfois mieux équipés et armés que la police et se substituent même à cette dernière dans certaines régions du pays. 

En 2011, à l'issue d'une insurrection armée, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a été renversé, et la Libye s'est retrouvée au bord de l'éclatement et de la guerre civile. Le pays reste instable, et son gouvernement peine à instaurer son contrôle sur les anciens insurgés.

 
RIA Novosti
Lire la suite: 
http://french.ruvr.ru/news/2014_05_17/Libye-43-personnes-tuees-dans-des-affrontements-a-Benghazi-1780/
Revenir en haut Aller en bas
RAID

avatar

Messages : 289
Réputation : 6
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 27
Localisation : en mission

MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Sam 17 Mai - 20:30

la Libye a pris le pas sur l'irak  Evil or Very Mad 




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Sam 17 Mai - 20:39

@RAID a écrit:
la Libye a pris le pas sur l'irak  Evil or Very Mad 
c'est pas le méme concept , l'irak c'est une guerre ethnique , religieuse, sunnite et chiite , par contre en lybie c'est une guerre qui a commencé par des groupes fracticides , d'obedience sunnites  djihadistes , et c'est ca qui va faire enfurer le conflits
Revenir en haut Aller en bas
RAID

avatar

Messages : 289
Réputation : 6
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 27
Localisation : en mission

MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Sam 17 Mai - 20:42

le résultat reste le même (chaos le plus totale)




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Sam 17 Mai - 20:53

@RAID a écrit:
le résultat reste le même (chaos le plus totale)
qu'en est il du diplomate tunisien RAID  ???
Revenir en haut Aller en bas
RAID

avatar

Messages : 289
Réputation : 6
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 27
Localisation : en mission

MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Sam 17 Mai - 21:24

tu parle de Mohamed Ben Cheikh
toujours détenue enlever par les jihadistes des démarche sont en cours,
et pour l'instant rien abouti  Evil or Very Mad 




Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar

Messages : 543
Réputation : 11
Date d'inscription : 24/01/2014
Age : 29
Localisation : ici

MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Sam 17 Mai - 21:34

Le président de la République, Moncef Marzouki a reçu mercredi 14 mai 2014, la famille du diplomate tunisien retenu en otage en Libye, Mohamed Ben Cheikh.


Revenir en haut Aller en bas
berhoum

avatar

Messages : 189
Réputation : 7
Date d'inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Mar 20 Mai - 17:01

La Sonatrach quitte la Libye



Citation :
La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach a décidé fuir la Libye dans le sillage de la menace terroriste induite par le chaos politique et sécuritaire.

Sontrach a donc décidé de rapatrier ses employés de Libye selon l’AFP citant une «source ministérielle algérienne sous couvert de l’anonymat». Cependant la source de l’agence souligne qu’il «s’agit d’une mesure préventive qui ne découle d’aucune menace».

Autrement dit, les responsables de Sonatrach veulent juste éviter une mauvaise surprise comme par exemple le kidnapping de ses employés. En effet, une cinquantaine d’ingénieurs opèrent sur deux sites d’exploration du pétrole gérés par la Sonatrach en Libye.

Et face l’insécurité ambiante dans ce pays, il a été décidé de ne pas prendre de risques surtout qu’il y a une galaxie de milices armées jusqu’ aux dents qui écument les quatre coins de la Libye. Cette décision s’inscrit un peu dans le sillage de la fermeture de l’ambassade et des consulats d’Algérie en Libye prise en début de semaine par les autorités algériennes.

Le MAE a motivé sa décision par une «menace réelle et imminente» visant les diplomates algériens. Selon le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, qui s’exprimait à la radio, les ressortissants algériens ne sont pas spécialement ciblés. «Malheureusement, il y a le phénomène terroriste qui prend une ampleur sans précédent dans ce pays frère, et comme l’Algérie est incontestablement la citadelle de la lutte contre le terrorisme dans la région elle est la cible privilégiée pour les groupes terroristes», a-t-il ajouté.

Cette crainte est née suite à l’attaque de dimanche dernier qui a ciblé le Congrès général national (CGN Parlement) à Tripoli et l’offensive lancée par le chef d’une force para-militaire, le général à la retraite Khalifa Haftar, contre des groupes radicaux islamistes à Benghazi.

A noter que depuis juillet 2012, le groupe Sonatrach avait annoncé la reprise de ses activités d’exploration en Libye dans la région frontalière de Zenten qui dispose d’une réserve avoisinant les 45 millions de barils.

http://www.algerie1.com/actualite/la-sonatrach-quitte-la-libye/




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Jeu 22 Mai - 23:02

retour a la case depart avec un BHL pour calmer les esprits en lybie , c'est le monde a l'envers


visite eclair de bernard levy en lybie
avec des propositions d'imposotion sur les lybiens , en leurs proposanr le retour du premier ministre evinçé ALI zidane , et le generale de retraite hafter de ministre de la defense et en dernier Hakim Belhadj comme ministre de l'interieur , voila ou en est arrivé la lybie 
http://forum-corps-armee-al.forumactif.org/t384-actualites-libyenne-economiquespolitiques-et-militaires
Revenir en haut Aller en bas
RAID

avatar

Messages : 289
Réputation : 6
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 27
Localisation : en mission

MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Ven 23 Mai - 10:47

on dit merci qui ,
vu l'état et le chaos en Libye, c'était plus stable du temps de kadaf,
la Lybie est actuellement le repaire de tout les terroristes du Monde,
voilà ce qu'a fait l'Europe il fout la merde un peu partout ensuite ils s'en vont,
et de merdé vous ,
il laisse quelque soldats histoire de dire nous somme toujours présent,
il ne faut pas ce voilé la face tout les incidents manifestations rebellions des pays arabes viennent des pays occidentaux,




Revenir en haut Aller en bas
yanis
Sergent
Sergent
avatar

Messages : 393
Réputation : 7
Date d'inscription : 23/01/2014
Age : 25
Localisation : quelques part

MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Ven 23 Mai - 11:30

La doctrine algérienne en question face au chaos libyen

Citation :

L’Algérie suit, officiellement, avec une «profonde préoccupation» la situation en Libye, mais ne se contente plus d’observer, comme lors de la chute d’El Gueddafi. Car la politique d’endiguement négative a montré ses limites face aux tensions à nos frontières. Tiguentourine a été un tournant, l’opération de Tinzaouatine un indice, mais la Libye peut marquer une «adaptation» de la doxa de sécurité algérienne.


«Nous avons perdu une opportunité historique lors de la crise libyenne qui a fait tomber El Gueddafi, Bouteflika nous a lié les mains et on a laissé faire, alors qu’on pouvait se positionner en acteur central.» C’est le constat d’un ancien haut fonctionnaire des Affaires étrangères algériennes. Pour lui, Alger, prisonnière des visions à court terme du Président et de quelques hauts gradés, a raté le coche lors de la chute du guide libyen au profit d’un interventionnisme de l’OTAN et de Paris qui, une fois retirés du bourbier ont laissé les «choses pourrir».

«L’intervention française au Mali, l’affaire libyenne et la transition tunisienne qui a troublé vos frontières avec les groupes djihadistes de Djebel Chaâmbi ont poussé les tenants de la décision à Alger à ouvrir le débat, indique un diplomate. Mais Tiguentourine et l’opération Serval marquent un tournant : les Algériens savent qu’ils ne peuvent plus ne pas intégrer opérationnellement ce qui se passe au-delà de leurs immenses frontières.» Sur le plan discours public, Alger est resté très ferme sur ses principes de non-ingérence et de sacralité des frontières, etc. Mais dans les faits «le haut commandement militaire était très satisfait de Serval, puisqu’il y avait convergence des objectifs, affaiblir AQMI et les autres groupes armés», soutient une source du ministère de la Défense nationale.

Soutiens logistiques (notamment du carburant et des pistes d’atterrissage), échanges de renseignements, permission de survol, etc., Alger et Paris ont travaillé main dans la main, aussi discrètement que possible souvent, mais avec une grande efficacité. Et plus récemment, début mai, l’opération d’élimination de 10 terroristes par l’ANP près de Tinzaouatine, à la frontière malienne, qui en fait fuyaient la traque des paras français, renseigne sur une coordination qui ne dit pas son nom entre les armées française et algérienne.

Agenda

Mais peut-on parler, à la lumière de ces indices, de changement de la doxa algérienne en matière de sécurité et de défense ? «Le débat existe, en haut lieu, confirme un diplomate, entre une génération de militaires plus âgés, attachés à la tradition, et d’autres plus technocrates et plus jeunes, qui sont à l’écoute de ce qui se passe autour d’eux, surtout depuis le Printemps arabe. Pour ces derniers, la Libye, c’est la guerre civile syrienne moins quelques semaines et il est hors de question que se concrétise le projet d’un émirat islamiste en Libye.» «On peut adapter la doctrine, non la changer, pour faire face à un danger imminent à nos portes», explique une source militaire.

Adapter ? «Dans son message de félicitations à l’armée après l’opération de Tinzaouatine, Bouteflika a bien parlé d’‘‘agression extérieure’’, un nouveau élément de langage depuis Tiguentourine», fait-on remarquer pour souligner un changement de discours qui inclut la menace terroriste extérieure dans l’agenda de la politique de défense. Agenda qui épouse les priorités de Washington qui a payé le prix fort en Libye en perdant son ambassadeur sur place, lynché à Benghazi le 11 septembre 2012.

Washington a exprimé, discrètement, son désaccord, a posteriori, sur la manière dont l’opération a été menée par Paris avec le soutien de l’OTAN. «On aurait dû écouter plus Alger, confiait un diplomate américain. Nous ne nous attendions pas à de telles explosions en chaîne en Libye et dans la région.» Du coup, c’est vers Alger, qui a vendu sa stabilité et son rôle stratégique à ses partenaires occidentaux, que l’Administration US se retourne. El Watan Week-end l’a révélé lors de la visite de John Kerry à Alger début avril : les Américains ont bien formulé la demande aux autorités algériennes, Bouteflika, état-major et DRS en tête.

60 000 hommes

De hauts émissaires sécuritaires algériens et américains ont discuté dans le détail d’un rôle plus militaire de l’Algérie en Libye. «Il n’est pas question d’adopter une politique agressive d’intervention de l’ANP au-delà de nos frontières, précise une source militaire. Il s’agit de protéger le territoire national de l’extérieur, à la lisière des frontières, via des opérations ponctuelles et rapides.» D’ailleurs, «une importante projection de force a été rapidement opérée ces dernières semaines le long de la frontière avec la Libye, avec également la préparation d’une assistance aérienne et pas moins de 60 000 militaires et gendarmes sont déployés le long des frontières sous commandement des 4e et 6e Régions militaires. «L’essentiel sera aussi dans l’aide directe et indirecte, militaire et logistique aux pays frontaliers (surtout la Tunisie et la Libye)», poursuit notre source.

Alger a également envoyé, via Ramtane Lamamra lors de sa visite en Arabie Saoudite en avril, un message aux pays du Golfe pour cesser tout financement d’ONG suspectes, même au profit d’organisations caritatives dans la région nord-africaine. Certaines informations vont plus loin, évoquant une aide substantielle d’Alger à l’ex-général Khalifa Haftar dans son opération «Al Karama», ciblant le délogement des milices islamistes de Benghazi dans un premier temps.

«La seule manière d’aider la Libye aujourd’hui est d’empêcher les groupes djihadistes de s’approvisionner en armes, en argent et en hommes, indique un responsable sécuritaire. C’est un embargo que nous organisons de concert avec les Egyptiens et les Tunisiens, dans le cadre d’un plan régional, alors que nous attendons plus d’effort du côté de nos amis du Niger.» L’évolution de la coordination avec Tunis et Le Caire et le développement de la situation en Libye ont d’ailleurs été le sujet de la dernière réunion du Haut Conseil de sécurité à Alger, la semaine dernière.



L’engagement militaire US en Afrique : La nouvelle donne


New Normal, Juniper Micron, Observant Compass, sont les noms de code de trois opérations secrètes menées par l’Africom dans la moitié du Nord de l’Afrique. Révélées fortuitement par le site spécialisé en défense Tomdispatch, ces opérations en disent long sur l’action du commandement militaire américain pour l’Afrique, qui est pourtant désigné comme le parent pauvre dans la guerre mondiale que livrent les USA au terrorisme.

A en croire la carte extraite d’un document interne de l’Africom et qui définit les zones d’influence des groupes contre lesquels les troupes américaines sont engagées, c’est l’ensemble du Sahel, plus le triumvirat Algérie-Tunisie-Libye, qui sont dans le collimateur de l’armée US. Juniper Micron d’abord est l’opération qui concerne directement l’Algérie. Alors que la France démantèle les opérations Licorne et Serval, l’opération d’envergure de soutien logistique et de renseignement américaine, lancée en janvier 2013, va se poursuivre jusqu’à au moins la fin mars 2015 et couvrira la quasi-totalité du Mali, du Niger et de l’Algérie.

En réalité, lorsque les USA avaient décidé en 2011 d’aider, par la force, à faire chuter le régime libyen, ils ont déclenché une réaction en chaîne, créant à la fois un désert sécuritaire dans le Sahara et la déstabilisation de nombreux Etats. L’aboutissement de cet effet boule de neige fut, pour le gouvernement américain, l’attaque de son consulat à Benghazi en 2012 et le meurtre de son ambassadeur en Libye.

«Les événements de Benghazi ont changé le visage de l’Africom pour toujours», affirmait le général-major Raymond Fox, commandant de la seconde force expéditionnaire du corps des marines. Il en résultera l’installation d’une force d’intervention rapide à Mornon, en Espagne, et l’établissement de bases pivot à Djibouti et prochainement au Sénégal. Concernant Juniper Micron, outre la logistique offerte aux forces françaises dans la région, les ravitaillements en vols et l’aérotransport de troupes et d’équipements, cette opération a mobilisé un nombre important de drones et d’avions d’espionnage dans la région du Sahel.

Plus à l’Est, New Normal est une opération qui prend de plus en plus l’allure d’une guerre secrète sur de multiples fronts, en Ouganda, contre les rebelles extrémistes de la LRA, au Sud-Soudan en proie à une guerre civile, et dans la Corne de l’Afrique avec l’enlisement dans le conflit contre les shebab, le tout avec un œil gardé ouvert sur les événements de la Centrafrique. Le récent enlèvement des 200 jeunes filles par la secte djihadiste Boko Haram aura lui aussi un gros impact sur ces opérations, qui risquent, par l’envoi de nouvelles troupes, de les fusionner et de donner à l’Africom un théâtre d’opérations à la mesure des ambitions africaines des USA.

(Akram Kharief)




Les trois hommes forts de Libye :


-Khalifa Haftar, le général du «changement par la force» :

A 71 ans, cet ex-général nostalgique du nassérisme en est à son quatrième coup d’Etat : en 1969 aux côtés d’El Gueddafi contre la monarchie des Senoussi, en 1993 à la tête d’une «Armée nationale libyenne» stationnée au Tchad et qui a échoué à faire tomber El Gueddafi, en février dernier contre le gouvernement d’Ahmed Zidane, sans succès, et le 16 mai en mobilisant ses troupes pour délivrer le pays des djihadistes. Son seul ouvrage a un titre assez révélateur : Une vision politique du changement par la force, publié en 1995. L’homme, qui s’était exilé aux Etats-Unis avant 2011, serait-il un aventurier ? «Le silence de Washington sur ses agissements est éloquent, soutient un expert. Il sait très bien où il va et avec qui, même si la CIA ne le suit que de loin.» Au dernier dîner qu’il a eu à Benghazi avec un ami proche deux semaines avant de lancer son opération, rapporte le Washington Post cette semaine, Haftar interpella son hôte : «Tu crois que je vais commettre un suicide ?» Peut-être pas, mais beaucoup de conditions devront se réunir – rallier ou pousser à rester neutres les puissantes milices de Zenten par exemple - pour qu’il réussisse son entreprise et se présenter comme l’homme fort d’une Libye exsangue.

-Abdelhakim Belhadj, le djihadiste soft (pour le moment) :

Officiellement reçu par le Quai d’Orsay récemment, l’ancien djihadiste de 48 ans veut présenter un visage moins agressif de l’islamisme armé et va jusqu’à condamner l’intrusion des djihadistes dans la révolution syrienne. Dans sa tribune parue dans Rue89, la spécialiste de la Libye, Hélène Bravin, écrit : «En public, il garde son calme, et paraît même timide. Il porte des costumes chics bien coupés. On se laisserait presque séduire à s’y méprendre.» Il a écrit un livre à sa sortie des geôle d’El Gueddafi en 2010 : Etudes correctives des concepts du djihad et de la gouvernance, manière de prouver ses recentrages idéologiques quant à l’islamisme armé. Mais l’homme, membre fondateur du Groupe islamique du combat en Libye, est toujours à la tête du conseil militaire de Tripoli et se maintient aussi à la tête de ses hommes armés. Avant le coup de force de Haftar, l’objectif de Belhadj était de laver l’affront lors des élections législatives de juin prochain : son parti, Al Watan, n’a obtenu aucun siège lors des dernières élections. Or, depuis que l’ex-général a enflammé Bengahzi et sa région dans sa guerre contre les milices islamistes, Bel Hadj veut s’imposer comme l’acteur incontournable, l’homme d’un certain compromis entre le putschiste et les djihadistes.

-Ahmed Omar Miitig, un gentleman au milieu de la tempête :

Originaire de Misrata, l’homme d’affaires Ahmed Miitig, 42 ans, s’est retrouvé Premier ministre après un vote chaotique du Congrès général national (Parlement), fragilisant du coup sa légitimité malgré l’appui des islamistes. Diplômé d’écoles d’affaires à Londres, le jeune Premier ministre (le cinquième depuis la chute d’El Gueddafi) dit n’appartenir à aucun courant politique. Fils du millionnaire Omar Miitig et neveu du politicien mesrati Abderrahmane Souihli, le nouveau Premier ministre se trouve sur la ligne de feu : avec une opération menée par une armée parallèle qui gagne des soutiens, une légitimité fragile et la recherche d’un compromis tribal (il est de l’Est) avec les notabilités de l’Ouest. «C’est un mesrati dont la famille vit à Tripoli, il est jeune et instruit, souple et ne nourrit aucun complexe envers les différentes composantes de la société, tribales ou autres. Il peut négocier et apaiser la situation», selon un journaliste libyen. Pour le moment, il peine à former son cabinet restreint et d’«union», se fixant comme priorités la «réconciliation nationale» et la justice
http://www.elwatan.com//international/la-doctrine-algerienne-en-question-face-au-chaos-libyen-23-05-2014-258253_112.php


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Ven 30 Mai - 14:17

Comment et pourquoi Alger a accueilli la famille El Gueddafi



Citation :
Les décideurs algériens, civls et militaires, hésitent un moment, puis tranchent : Alger va accueillir les proches d’El Gueddafi en fuite. Voici les détails de l’opération secrète baptisée «Le Roi».

Dix véhicules tout-terrain blindés roulent à tombeau ouvert depuis Tripoli, la capitale libyenne, direction plein Sud : 1500 km, via les villes libyennes de Gherbane et de Sebha, pour atteindre la région du Ghatt près de la frontière algérienne. Le mois d’août 2011 tire à sa fin et sur cette longue route désertique, la température avoisine les 48°C. Les proches d’El Gueddafi fuient la Libye en proie à la guerre qui va faire tomber le guide. C’est le colonel Mansour Al Dhou qui a choisi la route la plus longue vers la frontière algérienne pour éviter tous les autres chemins aux mains des «révolutionnaires».

Cet officier a été chargé par El Gueddafi en personne de sécuriser le convoi qui doit mener ses proches en Algérie et le colonel a, à son tour, ordonné à un capitaine des forces spéciales, Ali Al Khoss, de mener l’opération. A une distance de 50 km, un second convoi de véhicules chargés de gardes, de provisions en eau et en carburant suit les 4x4 blindés de la famille El Gueddafi. Cette garde, avec leur chef, le capitaine Al Khoss, revient à Tripoli aux côtés du guide, quand les proches d’El Gueddafi ont enfin atteint Tinalkoum, côté algérien.

Lettre top secret d’Alger

De l’autre côté de la frontière : Djanet, dernière semaine d’août. Le colonel S. vient d’atterrir après avoir reçu une instruction à Ouargla, où est il est détaché à l’antenne régionale du DRS, plus précisément de la direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA). Sa mission : se rendre sur les lieux par avion militaire avec huit éléments et attendre de nouveaux ordres une fois à Djanet. Le colonel S. trouve sur place un autre officier du DRS, venu d’Alger par vol militaire, pour lui remettre une enveloppe scellée à n’ouvrir qu’à la réception d’un ordre codé. S. comprend tout de suite qu’il s’agit d’une mission importante et top secret, certainement en relation avec la guerre en Libye.

D’autant que le chef du secteur militaire d’Illizi et le wali viennent, eux aussi, d’arriver à Djanet avec pour mission de faciliter le travail des envoyés des services spéciaux. Pendant ce temps à Alger, le DRS a déjà formé une cellule de suivi de l’opération, en coordination avec certaines parties en Libye. Au soir du 28 août 2011, un bref appel d’Alger ordonne d’ouvrir l’enveloppe scellée où se trouvent les détails de l’opération «Le Roi». Le colonel S. est chargé, avec son équipe venue de Ouargla, d’assurer la sécurité d’«invités de l’Algérie» qui arriveront le lendemain matin par Tinalkoum et de les convoyer vers Alger.

Le lendemain matin, Safia El Gueddafi, l’épouse du guide, sa fille Aïcha, en fin de grossesse, ses fils Mohamed et Hannibal, avec leurs enfants et leurs épouses, entrent sur le territoire. Les proches d’El Gueddafi restent une journée à Djanet dans une résidence officielle, tenus au secret, alors que Aïcha accouche d’une petite fille, assistée par un médecin civil. Le colonel S. se chargera de cette mission durant encore 24 mois, alors que les Gueddafi habitent discrètement la résidence présidentielle de Bousfer à Oran sous très haute surveillance, avant le départ d’Algérie d’une partie de la famille en septembre 2013.

Négociations

C’est à partir de fin juillet 2011 que les négociations entre Alger et El Gueddafi ont commencé pour héberger une partie de sa famille. «Des dignitaires libyens ont demandé à la France d’ouvrir un couloir aérien ou maritime pour évacuer des civils proches d’El Gueddafi (qui voulait fuir vers un pays de l’Europe de l’Est) ou d’autres civils pour quitter Tripoli, mais Paris a répondu que la seule manière de quitter Tripoli est de se rendre aux révolutionnaires ou carrément rejoindre leurs rangs. Après le refus français, il ne restait comme destination que le Niger ou chez nous», indique un haut responsable algérien.

Les Libyens ont pris attache avec Alger dès la notification française, mais les Algériens avaient des conditions fermes : pas de transferts importants d’argent ou de bijoux et pas de présence d’hommes armés, quel que soit leur grade. Et surtout que la famille évite de porter atteinte à l’un des pays voisins et qu’elle s’interdise toute activité politique ou publique (ce qui expliquera la colère des Algériens après les sorties de Aïcha). Les contacts ont commencé par téléphone, entre l’entourage d’El Gueddafi et Alger, puis via l’ambassade algérienne à Tripoli.

«Toufik», le spécialiste de la Libye

Faut-il ou pas accueillir les proches d’El Gueddafi, dont le pays subit les attaques de l’OTAN qui soutient les «révolutionnaires» ? Au sommet de l’Etat, où les hauts responsables civils et militaires se réunissent autour de la question, les opposants à l’asile aux Gueddafi sont, dans un premier temps, majoritaires. «Selon eux, l’Algérie en ces temps de révoltes arabes, n’a pas besoin de provoquer les puissances occidentales. Ce serait aussi une provocation au nouveau régime libyen qui bientôt prendra le pouvoir», confie une source. Les pour considèrent, de leur côté, que s’il faut refuser d’accueillir El Gueddafi ou d’autres responsables libyens, y compris ses fils Seif El Islam et Khamis (patron de la 32e Brigade), l’Algérie se doit par devoir humanitaire de donner asile aux autres membres de la famille. «D’autant plus, avancent les mêmes responsables, que les nouvelles autorités libyennes ont déjà provoqué l’Algérie plusieurs fois», rappelle un haut gradé qui précise que «seul le cas d’une condamnation de l’un des proches d’El Gueddafi par un tribunal crédible lui aurait interdit l’accès au territoire national».

Finalement, le président Bouteflika tranche en acceptant d’accueillir la famille : «Une décision où le patron du DRS a pesé de tout son poids, révèle un général à la retraite. Mediène était, par le passé, attaché militaire à Tripoli, mais avant, c’était lui qui gérait le dossier des opposants à El Gueddafi. De plus, pour la coordination des questions sécuritaires du Sahel, il était en contact avec le guide libyen. Les grandes puissances n’ignoraient pas les contacts entre Alger et El Gueddafi, et l’absence de réaction de leur part a été interprétée par les Algériens comme un accord tacite.»
http://www.elwatan.com//une/comment-et-pourquoi-alger-a-accueilli-la-famille-el-gueddafi-30-05-2014-259188_108.php
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    Lun 21 Juil - 3:39

Afriqiyah Airways Airbus A330 frappé par fusée est consumé par le feu à l'aéroport international de Tripoli
20 juillet 2014 



Un ensemble impressionnant de photos montre une nouvelle Airbus A330 de la compagnie aérienne Afriqiyah Airways est détruit par un incendie à l'aéroport international de Tripoli.
Le 20 jui une nouvelle marque, vide Airbus A330-200 (avec enregistrement soit 5A-ONH ou 5A-ONF) a été frappé par fusée ou coquille et a été rapidement détruits par le feu au cours de la reprise des combats dans l'aéroport international de Tripoli.

Briser un cessez-deux jours, les milices de Misrata et Zintan du s'affrontent pour le contrôle de l'aéroport de capital. Un conflit similaire à l'aéroport la semaine dernière a causé six morts et 25 blessés



http://theaviationist.com/2014/07/20/a330-consumed-by-fire-tripoli/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )    

Revenir en haut Aller en bas
 
Actualités libyenne (Economiques,Politiques et Militaires )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
corps d'armée Algérienne ::  Actualités Nationale Algérienne et Internationales  :: actualités politique, économique,Militaire Algérie, ::  Actu (internationales)-
Sauter vers: