corps d'armée Algérienne
Bienvenue sur le forum corps d'Armée Algérienne DZ.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.la présentation reste de rigueur Merci.

corps d'armée Algérienne

Forces -Armée - Algérienne
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
présentation Obligatoire sur le forum la presentation doit se faire en même temps que l'inscription.
merci de vous rendre: http://forum-corps-armee-al.forumactif.org/t4-presentation
le non respect de cette formalité sera banni dans les heures qui suive
Merci de votre présence sur le forum.


Partagez | 
 

 les missiles de croisiere

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: les missiles de croisiere   Mar 10 Juin - 19:51

BrahMos supersonic cruise missile test-fired successfully
Zee News
Originally published at
http://zeenews.india.com/news/nation/brahmos-supersonic-cruise-missile-test-fired-successfully_938145.html
Posted on June 9, 2014 by editor
Balasore: In a major boost to the country’s combat capabilities, the 290-km range BrahMos supersonic cruise missile was successfully test-fired off the coast of Karwar on Monday.


According to reports, seniothe supersonic cruise missile was test-fired in the presence of senior Army officials.


Both the Army and Navy have already inducted the missile, developed in technical partnership with Russia.


BrahMos is a two-stage missile with a solid propellant booster engine as its first stage which brings it to supersonic speed and then gets separated. The liquid ramjet or the second stage then takes the missile closer to 3 Mach speed in cruise phase. Stealth technology and guidance system with advanced embedded software provides the missile with special features.

The missile has flight range of up to 290-km with supersonic speed all through the flight, leading to shorter flight time, consequently ensuring lower dispersion of targets, quicker engagement time and non-interception by any known weapon system in the world.


It operates on ‘Fire and Forget Principle’, adopting varieties of flights on its way to the target. Its destructive power is enhanced due to large kinetic energy on impact. Its cruising altitude could be up to 15 km and terminal altitude is as low as 10 meters. It carries a conventional warhead weighing 200 to 300 kgs.



TRANSLATION :


BrahMos croisière supersonique missile essais de tir avec succès
Zee Nouvelles
Publié à l'origine à
http://zeenews.india.com/news/nation/brahmos-supersonic-cruise-missile-test-fired-successfully_938145.html
Publié le 9 Juin 2014 en éditeur
Balasore: Dans un élan important aux capacités de combat du pays, la gamme de 290 km BrahMos missile de croisière supersonique était avec succès des essais de tir au large de la côte de Karwar lundi.

Selon les rapports, seniothe missile de croisière supersonique a été tiré d'essai en présence de hauts responsables de l'armée.

L'armée et la marine ont déjà intronisé le missile, développé en partenariat technique avec la Russie.

BrahMos est un missile à deux étages avec un moteur d'appoint à propergol solide comme première étape qui l'amène à une vitesse supersonique, puis se sépare. Le statoréacteur de liquide ou de la deuxième étape prend alors le missile près de 3 vitesses de Mach en phase de croisière. La technologie furtive et système de guidage avec un logiciel intégré de pointe fournit le missile avec des caractéristiques spéciales.

Le missile a une portée de vol de jusqu'à 290 km avec une vitesse supersonique tout au long du vol, conduisant à la réduction du temps de vol, assurant par conséquent plus faible dispersion des objectifs, plus rapide temps d'engagement et non-interception par un système d'arme connue dans le monde.
 
Il fonctionne sur 'Fire and Forget Principe', l'adoption de variétés de vols sur sa route vers la cible. Sa puissance destructrice est améliorée grâce au grand énergie cinétique de l'impact. Son altitude de croisière pourrait être jusqu'à 15 km et l'altitude terminal est aussi bas que 10 mètres. Il porte une ogive conventionnelle pesant 200 à 300 kg.



http://missilethreat.com/brahmos-supersonic-cruise-missile-test-fired-successfully/





                               LE MISSILE EN QUESTION


Le missile est capable d'attaquer des cibles à une distance de 290 km, notamment des cibles terrestres se trouvant à une hauteur de 10 mètres au-dessus du sol. Le missile BrahMos est déjà en service dans l'Armée indienne, et les navires de surface de la marine du pays en sont équipés. Le premier lancement de la version sous-marine de ce missile de croisière a été effectué en mars. Et les premiers tests de la version aérienne devraient être organisés dans le courant de l’année.
 Le missile de croisière BrahMos est l'un des projets russo-indiens les plus réussis. Cela se reflète même dans son nom. La société russo-indienne BrahMos Aerospace Limited a été nommée d’après les noms de deux rivières : le Brahmapoutre et la Moskova. Le siège de cette société se trouve en Inde. Le missile est produit conjointement par des ingénieurs russes et indiens, mais les spécialistes indiens jouent le rôle principal en vertu de l’accord conclu. Le missile est construit d’après le projet du missile supersonique russe, conçu en Inde par des spécialistes russes et indiens. Il s’agit d’une version améliorée de ce projet ».
Les missiles BrahMos ont une compatibilité technologique élevée. Elle est également largement utilisée dans l'armée indienne. Ainsi, les gardes frontières de l'Arunachal Pradesh et d'autres zones frontalières utilisent déjà ces missiles. Quant aux Forces aériennes de l’Inde, un travail actif est mené dans ce domaine. Le missile sera destiné aux chasseurs Su-30MKI et MiG-29.
Les missiles BrahMos équipent les forces armées indiennes depuis 2005. Selon les experts, ce missile n’a pas d’analogue dans le monde pour sa rapidité. En comparaison avec ses homologues étrangers utilisés actuellement, le missile BrahMos est trois fois plus rapide, et 3 à 4 fois plus réactif. Enfin, le missile est difficilement détectable par les radars. Cependant, pour ne pas violer les accords internationaux sur le transfert de technologies des missiles, sa portée est limitée à 290 km. Le rayon d’action du missile, dont le poids dans sa version de base atteint 3 tonnes, est de 10.000 et de 14.000 m en trajectoire variable. Le missile est capable de contourner les obstacles, comme les montagnes ou les collines, et viser des cibles cachées derrières ces obstacles. Ce missile fonctionne selon le principe « tirer et oublier ». BrahMos trouve la cible lui-même. T
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2013_05_25/Le-missile-BrahMos-vise-sa-cible-avec-un-maximum-precision/

Revenir en haut Aller en bas
Ninja
Administrateur
Administrateur
avatar

Messages : 543
Réputation : 11
Date d'inscription : 24/01/2014
Age : 29
Localisation : ici

MessageSujet: Re: les missiles de croisiere   Mar 10 Juin - 20:27

Evolution des missiles de croisière conventionnels vers des missiles à capacité nucléaire dans les Etats proliférants : limites et perspectives




Citation :
Depuis de très nombreuses années, la prolifération des missiles de croisière est annoncée comme l’un des plus grands défis auxquels les différents régimes de contrôle sont susceptibles d’être confrontés, autant du fait de la nature partiellement duale de leurs composants que de la multiplication régulière du nombre d’Etats capables de les produire. Progressivement cependant, une troisième problématique émerge, liée à la nucléarisation de certains de ces vecteurs par les petites puissances nucléaires comme par certains des Etats dotés.

Jusqu’à la fin des années 1990, rares étaient les Etats capables de concevoir un missile de croisière opérationnel disposant d’une capacité nucléaire et conventionnelle qui lui permette d’engager des cibles terrestres, limitation essentiellement liée aux systèmes de guidage. Contrairement au missile balistique, le missile de croisière ne requiert pas des compétences industrielles élevées en termes de conception et de propulsion, notamment sur des portées courtes. La plupart des Etats industriels émergents y ont accès par l’intermédiaire des missiles antinavires longue portée (100 km et plus), ce qui contribue à expliquer la vigilance des Etats-Unis quant à la diffusion de ces armes auprès des Etats proliférants. Toutefois, leur capacité d’emport relativement réduite (au regard de la charge nécessaire à la destruction d’une infrastructure au sol) et les limitations inhérentes à la mise au point de systèmes de guidage devant offrir une précision décamétrique pour compenser la faiblesse de la capacité d’emport ont longtemps incité les Etats à leur préférer des systèmes aéroportés de plus courte portée, des roquettes ou, pour les proliférants, des missiles balistiques de type Scud et dérivés. Actuellement encore, les missiles de croisière les plus performants ne disposent que très rarement d’une capacité d’emport dépassant 500 kg et leur efficacité opérationnelle reste très dépendante de la maturité des technologies de propulsion des Etats. Pour les moins développés d’entre eux, la conception d’engins « longue portée » (plus de 150 km), le plus souvent dérivés de missiles antinavires, limite la capacité d’emport (probablement 150 à 200 kg pour un Noor iranien dérivé du C-802 chinois), l’augmentation de celle-ci imposant un surdimensionnement de l’arme et limitant le potentiel opérationnel prévisible. Cette contrainte demeure pour les systèmes plus modernes, un missile comme le BrahMos (dérivé du P-700 Granit russe), très récent dans sa conception, reste limité dans sa capacité d’emport (300 kg) et requiert donc une précision élevée pour remplir ses missions. La multiplication de ce type de systèmes comporte néanmoins un risque réel, leur détection et leur interception restant relativement difficiles, alors que leur déploiement n’est nullement sujet aux contraintes inhérentes à celui d’un missile balistique.

Depuis quelques années cependant, l’Inde et le Pakistan travaillent sur des systèmes à plus longue portée, inspirés des BGM-109 américains et/ou de leurs déclinaisons russes ou chinoises. Il s’agit essentiellement de missiles conçus autour de turbines turbosoufflantes (« turbofan ») – qui permettent d’accroitre considérablement les portées à des vitesses subsoniques – amenant à la conception de vecteurs dotés d’une véritable capacité stratégique et une très grande souplesse opérationnelle. Ces systèmes d’armes (Hatf-7 pakistanais et Nirbhay indien) sont usuellement décrits comme disposant d’une capacité conventionnelle et nucléaire, commentaire généralement inspiré par leur filiation présumée avec les BGM-109 (même propulsion, dimensions avoisinantes, systèmes de guidage réputés précis). Toutefois, dans la plupart des cas, les caractéristiques exactes du système de guidage restent inconnues (posant une hypothèque sur leur utilisation conventionnelle) alors que leur capacité nucléaire reste à démontrer, le diamètre du vecteur (50 à 60 cm) comme la charge utile (plus ou moins 300 kg) induisant une miniaturisation importante de l’arme nucléaire, laquelle n’est nullement attestée, que ce soit en Inde ou au Pakistan. Cette évolution capacitaire est également très perceptible, comme cela a déjà été évoqué dans cet Observatoire, pour les Etats industrialisés en zone de crise, le missile de croisière représentant une alternative techniquement très accessible aux missiles balistiques, comme le démontre la vigueur des programmes sud-coréen et taiwanais. Si, dans ce cas, la question de la capacité nucléaire ne se pose pas, la question de la diffusion des technologies demeure.

Toutefois, une problématique plus complexe encore se profile, avec la mise en service d’un nombre croissant de missiles de croisière mer-sol russes, dont la plupart disposent d’une capacité nucléaire potentielle, la quasi-totalité des modèles longue portée actuellement développés étant issue de systèmes effectivement dotés d’une capacité nucléaire avant 1990 et pouvant assez probablement être adaptés aux têtes nucléaires spécifiques de ces premiers modèles. La réduction du nombre de tubes du SNLE Borey-A de 20 à 16 récemment décidée par la Russie pourrait d’ailleurs indiquer une volonté de panacher des lanceurs balistiques et aérobies sur ces plates-formes, vecteurs aérobies qui pourraient le cas échéant avoir une capacité nucléaire. Contrairement aux missiles de croisière air sol utilisés par les Etats-Unis et la Russie, ces vecteurs sont très mal comptabilisés, puisque réputés conventionnels et non stratégiques. Bien que les missiles de croisière et leurs technologies soient précisément soumis au contrôle du MTCR, certains pays membres, notamment la Russie ou l'Ukraine, marquent un empressement limité à restreindre leur exportation, notamment quand leurs spécifications techniques ne franchissent pas les limites théoriques du MTCR. Cette absence de volonté de contrôle reste vraie quand ces missiles disposent d'une capacité stratégique potentielle. On se souviendra que la location du SNA Nerpa russe à l’Inde, capable de tirer des SS-N-27, avait été assortie d’un engagement (tardif semble-t-il) par l’Inde de ne pas tenter d’adapter des charges nucléaires aux missiles. A plus long terme cependant, la commercialisation de systèmes disposant d’une capacité potentiellement duale par la Russie (et très probablement par la Chine) risque de rendre la question des transferts de technologies liées aux missiles de croisière tout aussi sensible que celle des technologies balistiques.
http://www.cesim.fr/observatoire/fr/80/article/145


Missile dont la phase propulsée s'étend sur la plus grande partie de son vol.

Missile de croisière



Citation :
Si les missiles de croisière sont apparus en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (les célèbres V1 et V2), l'appellation ne date que de la fin des années 1960. Le missile de croisière des années 1980 est un véritable « avion sans pilote » à vocation stratégique (2 500 km de portée pour le Tomahawk américain). C'est un engin subsonique, aérobie, autoguidé, volant à basse altitude et doté d'une précision de guidage remarquable, grâce à un système de navigation constitué d'une centrale à inertie et d'un radar altimétrique avec processus de recalage par corrélation de terrain. Il peut être lancé d'un avion, d'un sous-marin, à partir d'un navire de surface ou depuis un véhicule terrestre
http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/missile_de_croisi%C3%A8re/38629



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: les missiles de croisiere   Mar 10 Juin - 21:00

missile

Projectile faisant partie d'un système d'arme à charge militaire classique ou nucléaire doté d'un système de propulsion autonome et guidé sur toute ou partie de sa trajectoire par autoguidage ou téléguidage.

Les missiles stratégiques sont caractérisés par une portée de plusieurs milliers de kilomètres et par l'emploi de charges militaires toujours nucléaires. Les missiles tactiques portent des charges soit à explosif conventionnel, soit nucléaires. En outre, il est courant d'établir une classification faisant intervenir la nature du point de lancement et celle de l'objectif.

 Like a Star @ heaven Les missiles sol-sol

1. Like a Star @ heaven  Les missiles sol-sol balistiques stratégiques. Leur trajectoire comprend : une phase initiale de propulsion (de 3 à 5 min) ; une phase de dispersion : le missile libère ses ogives et ses leurres (de 3 à 10 min) ; une phase balistique (de 10 à 20 min) et une phase de rentrée dans l'atmosphère. Ils sont répartis en trois types : MRBM (Middle Range Ballistic Missile) d'une portée inférieure à 2 400 km ; IRBM (Intermediate Range Ballistic Missile) d'une portée comprise entre 2 400 et 6 500 km ; ICBM (Intercontinental Ballistic Missile) d'une portée supérieure à 6 500 km.

2. Like a Star @ heaven  Les missiles sol-sol stratégiques de croisière → croisière.

3. Like a Star @ heaven  Les missiles sol-sol tactiques. Ils sont dotés de têtes nucléaires ou conventionnelles. D'un poids en général inférieur à 10 t, ils peuvent être montés sur des véhicules à roues ou à chenilles leur conférant une mobilité opérationnelle.

4. Like a Star @ heaven  Les missiles sol-sol tactiques antichars. De portée réduite (quelques kilomètres), ils sont montés sur divers types de véhicules terrestres
 Like a Star @ heaven Les missiles mer-sol
1. Les missiles mer-sol balistiques stratégiques. Dans leur conception, ils s'identifient aux missiles sol-sol balistiques stratégiques. Ils équipent les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE). Ils peuvent être dotés d'ogives multiples.

2. Les missiles mer-sol stratégiques de croisière. Lancés depuis les sous-marins, ils sont semblables
 Like a Star @ heaven aux missiles sol-sol de croisière
 Like a Star @ heaven Les missiles tactiques air-air

Ce type d'armement s'est généralisé sur les avions de combat. D'un poids de l'ordre de quelques centaines de kilogrammes, ils atteignent des vitesses voisines de mach 4-5 et sont armés de charges explosives conventionnelles.

 Like a Star @ heaven Les missiles stratégiques air-sol

Transportés par des bombardiers à long rayon d'action, dotés d'une charge nucléaire, ils ont repris une importance stratégique considérable avec l'avènement du missile de croisière air-sol. Une fois largué, le missile de croisière air-sol peut atteindre, en vol à basse altitude, une cible située à plus de 2 500 km de son point de lancement.

 Like a Star @ heaven Les missiles tactiques air-sol

Ils permettent aux avions et aux hélicoptères l'attaque d'objectifs au sol (radars, chars…). Des objectifs étendus tels que des concentrations adverses nécessitent l'emploi de missiles air-sol à charge nucléaire (le missile français ASMP [air-sol moyenne portée] répond à cette définition).

 Like a Star @ heaven Les missiles tactiques sol-air

Ils sont essentiellement affectés à la défense (systèmes français Crotale et Roland ; Patriot américain, Rapier britannique.). Certains systèmes sol-air sont dotés de charges nucléaires.

 Like a Star @ heaven Les missiles sol-air antimissiles balistiques

→ ABM.

 Like a Star @ heaven Les missiles antinavires de surface

Ils arment des bâtiments de tonnages très divers, depuis la frégate jusqu'à la vedette rapide, des aéronefs, des sous-marins, des batteries côtières. Ces missiles sont préguidés par une centrale à inertie à très basse altitude à l'aide d'un altimètre radar de grande précision, puis ensuite par autodirecteur électromagnétique actif en vol rasant à quelques mètres au-dessus du niveau de la mer.

 Like a Star @ heaven Les missiles anti-sous-marins

Le missile est lancé depuis les tubes lance-torpilles du sous-marin. Après l'allumage sous l'eau du propulseur, le missile fait surface, la tête nucléaire commence, au moment choisi, une phase balistique avant de pénétrer sous l'eau pour atteindre le sous-marin adverse.

http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/missile/70637
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: les missiles de croisiere   Mer 11 Juin - 9:16


Agrandir cette image




Citation :Si les missiles de croisière sont apparus en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (les célèbres V1 et V2), l'appellation ne date que de la fin des années 1960. Le missile de croisière des années 1980 est un véritable « avion sans pilote » à vocation stratégique (2 500 km de portée pour le Tomahawk américain). C'est un engin subsonique, aérobie, autoguidé, volant à basse altitude et doté d'une précision de guidage remarquable, grâce à un système de navigation constitué d'une centrale à inertie et d'un radar altimétrique avec processus de recalage par corrélation de terrain. Il peut être lancé d'un avion, d'un sous-marin, à partir d'un navire de surface ou depuis un véhicule terrestre
http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/missile_de_croisi%C3%A8re/38629
 123202  merci Ninja

une bonne description du missile de croisiére
Revenir en haut Aller en bas
Air-Forces
Admin
Admin
avatar

Messages : 413
Réputation : 14
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 26
Localisation : France

MessageSujet: Re: les missiles de croisiere   Mer 11 Juin - 21:34

Il faut bien rassurer les Américains, quand il existe des armes comme le missile de croisière russe Sunburn, supersonique, " tueur de porte-avions "

Le missile de croisière supersonique russe Sunburn

ou les missiles de croisière russe Granit également supersoniques, tirables à partir d'unités comme le Koursk.

Missiles de croisière Russe supersonique Granit
Tirable à partir d'un sous-marin

Extraction d'un missiles Granit de la coque du Koursk. Les ailes minuscules et l'empennage sont repliés.
Au premier plan le booster quadri-tuyère Des engins que les Russes voulaient à tout prix récupérer.



Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays.
John Fitzgerald Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-corps-armee-al.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: les missiles de croisiere   Sam 21 Juin - 20:57

CJ-10 
http://en.wikipedia.org/wiki/CJ-10_(missile)




 Selon le centre d'étude américain Project 2049 Institute, la Chine développe actuellement les missiles de croisière les « plus précis » menaçant les cibles dans de nombreux pays d'Asie-Pacifique, Japon compris.




Le nombre de ses missiles CJ-10 basés au sol peut atteindre 500 unités. Si les estimations sont justes, les missiles de croisière chinois se transforment en un facteur clé de la situation militaire dans la région.
L'interception de ces missiles présente des difficultés à cause de leur trajectoire imprévisible. Seul un nombre réduit de missiles sera abattu par la défense anti-aérienne si une attaque est lancée avec l'utilisation simultanée de plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de missiles de croisière. Les dégâts pour l'infrastructure seront alors immenses.


Les voisins de la Chine qui possèdent l'arme nucléaire doivent tenir compte du fait que la Chine est en mesure de porter des frappes de missile ciblées. Pour l'Inde cela dicte la nécessité de déployer des missiles balistiques peu nombreux dans le sud de la péninsule indienne en augmentant leur portée, ainsi que d'accroître les investissements dans les forces stratégiques nucléaires navales. Les deux mesures étant onéreuses. Si le Japon décide de se doter de l'arme nucléaire les Chinois auront un instrument efficace pour porter une frappe non nucléaire désarmante.


Les destroyers chinois de la classe 052D, actuellement en construction, seront des vecteurs importants des missiles de croisière. Ils pourront embarquer des missiles mer-air, anti-sous-marins, antinavires et de croisière de type différent. Tous ces missiles pourront également être installés sur les sous-marins. En général, la Chine se hisse à la deuxième place derrière les Etats-Unis pour le nombre de missiles de croisière déployés et la diversité de leurs vecteurs. Notons que les forces américaines sont dispersées de par le monde, tandis que les missiles chinois sont concentrés sur le territoire de Chine sous un commandement uni.


La capacité de porter des ogives nucléaires est la question la plus importante. Une telle possibilité existe en puissance. Les missiles de croisière chinois sont construits sur la base des missiles soviétiques X-55. Les Chinois en ont acheté une certaine quantité à l'Ukraine au début des années 2000. Les X-55 étaient capables de porter l'arme nucléaire.
Certaines études attribuent une telle capacité aux missiles chinois CJ-10, mais les preuves concrètes de l'utilisation sur ces missiles des ogives nucléaires sont inexistantes. Il est peu probable que cela soit passé inaperçu de la reconnaissance spatiale américaine. On peut supposer qu'un tel réarmement aura lieu dans l'avenir lors du déploiement de nouveaux types de missiles, d' une plus grande portée et d'une signature radar inférieure, ainsi qu'après l'apparition dans les forces aériennes chinoises de nouveaux bombardiers ayant un plus grand rayon d'action et la possibilité de se ravitailler en vol.
La domination militaire chinoise dans la région, qui commence déjà à s'esquisser, sera, en l'occurrence, incontestable et la compétition militaire avec la Chine sera dénuée de perspectives pour les autres pays de la région. T


http://french.ruvr.ru/2014_03_05/Les-missiles-de-croisiere-chinois-facteur-cle-de-la-situation-regional-2717/

Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_03_05/Les-missiles-de-croisiere-chinois-facteur-cle-de-la-situation-regional-2717/
Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 400
Réputation : 7
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 37
Localisation : partout

MessageSujet: Re: les missiles de croisiere   Sam 21 Juin - 22:00

merci pour l'article,

Deuxième artillerie chinoise : de nouveaux IRBM et missiles de croisière

Citation :
Les services de renseignement militaires américain ont confirmé le déploiement par la Chine d’un nouvel IRBM, le DF-26C, d’une portée de 3 540 km de portée, ce qui lui permettrait d’être utilisé dans des frappes contre l’île de Guam, où les forces américaines montent actuellement en puissance.

L’engin serait mobile et utiliserait un carburant solide mais sa fonction n’a pas, à l’heure actuelle, été clarifiée, nourrissant une série d’hypothèses. La première est qu’il constituerait un système devant remplacer le DF-21. Il pourrait également ouvrir la voie à une spécialisation des types de missiles chinois. Le DF-21 peut ainsi être doté de charges nucléaires ou conventionnelles, ce qui accroît le risque de guerre nucléaire accidentelle.

Or, le DF-26 – dont on ne sait pas encore s’il sera équipé d’une charge conventionnelle ou nucléaire – pourrait permettre de faire la distinction. L’engin pourrait par ailleurs avoir des conséquences stratégiques au-delà de la zone Asie-Pacifique. La Russie a ainsi déjà indiqué que les efforts chinois en matière d’IRBM pourraient la conduire à dénoncer le traité sur les forces nucléaires intermédiaires, conclu en 1987 et qui impliquait la destruction de ses seuls IRBM, des SS-20. Or, la mise en place d’une nouvelle génération d’IRBM russes n’est pas sans incidences sur la sécurité européenne…

Si la force de missiles chinoise voir le renouvellement de ses capacités balistiques, elle bénéficie aussi de l’introduction, moins médiatique, de missiles de croisière destinés aux attaques conventionnelles. En l’occurrence, de 40 à 55 lanceurs mobiles de CJ-10 seraient actuellement en service, chacun pouvant tirer trois engins.

Pour l’heure, 500 missiles auraient été construits. Développement du DH-10, le CJ-10 est subsonique, propulsé par un petit réacteur et aurait une portée de 1 500 km. Il a été testé à partir de 2004 et bénéficie d’un guidage associant GPS et GLONASS. Il semble pouvoir recevoir quatre types de charges : unitaire HE de 500 kg, unitaire de 350 kg HE, charge de 350 kg à sous-munitions et charge de 350 kg ayant une fonction bunker-busting.
http://www.dsi-presse.com/?p=6634







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: les missiles de croisiere   Sam 21 Juin - 22:37

tu te fais rare MOMO j'espere que ca va bien pour toi  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 400
Réputation : 7
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 37
Localisation : partout

MessageSujet: Re: les missiles de croisiere   Dim 22 Juin - 11:14

oui désolé,
mais j'ai laisser ma place de modérateur pour une chose précise ,
les études et là je suis en pleine révision,
j'ai la tête comme une pastèque.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les missiles de croisiere   

Revenir en haut Aller en bas
 
les missiles de croisiere
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les missiles de croisiere
» L'armement naval (torpilles, missiles, canons,...)
» Video : les missiles mer-mer (anti-navire)
» CROISIERE SUR LA MEUSE
» Porte-hélicoptères R97 Jeanne d’Arc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
corps d'armée Algérienne :: armements et materiels militaire  :: divers Systèmes d´armes-
Sauter vers: