corps d'armée Algérienne
Bienvenue sur le forum corps d'Armée Algérienne DZ.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.la présentation reste de rigueur Merci.

corps d'armée Algérienne

Forces -Armée - Algérienne
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
présentation Obligatoire sur le forum la presentation doit se faire en même temps que l'inscription.
merci de vous rendre: http://forum-corps-armee-al.forumactif.org/t4-presentation
le non respect de cette formalité sera banni dans les heures qui suive
Merci de votre présence sur le forum.


Partagez | 
 

 SAS britannique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 400
Réputation : 7
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 37
Localisation : partout

MessageSujet: SAS britannique   Jeu 9 Oct - 18:22

Les SAS Britanniques




Citation :
L’unité d’élite la plus réputée du Royaume-Uni, le Special Air Service (SAS) britannique, est l’une des toutes premières forces spéciales au monde. Ses membres forment la «crème anglaise» des durs à cuire.

«Qui ose, gagne», dit la devise du SAS, dont les membres s’acquittent des missions les plus périlleuses de l’armée britannique. Sélectionnés et entraînés selon des normes draconiennes, les membres du SAS sont appelés à mener des opérations de contre-terrorisme dans tous les types d’environnement.

Comme la majorité des forces spéciales, les opérations du SAS et l’identité de ses membres sont des secrets relevant des hautes sphères de la hiérarchie militaire. Son histoire est toutefois assez bien documentée.

Origines

Le SAS a été créé au début de la Deuxième Guerre mondiale, en 1941, par un officier de l’armée britannique, qui souhaitait former des soldats hyper-entraînés, capables de semer le chaos chez l’ennemi en utilisant des tactiques non conventionnelles.

Les premières missions des commandos SAS, menées en Afrique du Nord, consistaient à se parachuter derrière les lignes allemandes pour couper leur ravitaillement, détruire leurs avions et saboter leurs pistes d’atterrissage.



En Europe, les membres du SAS sont notamment reconnus pour leurs raids en Jeeps ou leurs opérations aéroportées qui ont permis d’infliger des pertes considérables aux forces de l’Axe.

Dissous à la fin de la guerre, le SAS a été rétabli en 1947, juste avant la Guerre froide. À l’époque, le SAS inspire également la création d’autres unités d’élite au sein du Commonwealth, tels que ses petits frères, les SAS australien et néozélandais.

Pendant la Guerre froide, les membres du SAS britannique ont pris part à de nombreuses missions de contre-insurrection, notamment en Corée, en Malaisie et en Irlande du Nord.

Leur implication s’est poursuivie dans les années 90, alors que les SAS ont participé à la Guerre du Golfe. Même s’ils sont tombés sous le radar depuis plusieurs années, la présence des SAS a été rapportée en Irak et en Afghanistan.

Sélection

Pour espérer devenir SAS, il faut d’abord être membre des forces britanniques depuis quelques années. Ensuite, il faut réussir le processus de sélection qui se classe parmi les plus difficiles au monde.

Ce dernier met à l’épreuve les capacités physiques et mentales des candidats afin de ne garder que ceux qui présentent les qualités recherchées : la robustesse physique et mentale, la confiance en soi, la discipline, la capacité à travailler seul et la capacité à assimiler de l’information et de nouvelles compétences.

La première phase de sélection, qui évalue l’endurance, la forme physique et les capacités d’orientation des candidats, se déroule dans une chaîne de montagnes du Royaume-Uni.

Pendant un mois, les candidats marchent à travers les montagnes en augmentant sans cesse les distances et en transportant des charges de plus en plus lourdes.

Cette phase culmine par une épreuve appelée «The Long Drag», durant laquelle les volontaires doivent marcher 64 kilomètres en montagne, en portant un sac de 25 kilos et un fusil, en moins de 20 heures. Au total, cette phase initiale représente près de 450 kilomètres de marche en terrain accidenté.

Jungle

Ceux qui survivent à ce marathon infernal peuvent ensuite affronter la phase deux : l’entraînement en jungle, qui se déroule au Bélize, en Amérique centrale, ou ailleurs. Précédée d’un entraînement général sur les armes, les techniques de combat, la démolition, les soins médicaux et la survie, cette phase vise à tester la force mentale des candidats face à la rigueur du climat tropical.

Pendant plusieurs semaines, les candidats doivent combattre, survivre et mener des patrouilles à travers la jungle, où les conditions horribles et les maladies viennent à bout de plusieurs.

Fuite, évasion, interrogatoire

Après avoir vaincu la jungle, la poignée de candidats toujours en lice entreprend la phase finale. Puisque les missions du SAS impliquent un haut niveau de risques, les candidats doivent démontrer qu’ils peuvent échapper à la capture de l’ennemi et protéger les renseignements sensibles qu’ils détiennent.

Lâchés dans la nature avec des vêtements déchirés, les candidats doivent parcourir les bois pendant quelques jours et rejoindre des destinations précises, en évitant d’être capturés par une équipe de chasseurs lâchée à leurs trousses.

Une fois capturés – ce qui est inévitable – les candidats sont enfermés, privés de sommeil, affamés, stressés de multiples façons, avant de subir un interrogatoire musclé de plusieurs dizaines d’heures. Au bord de la rupture mentale, face à des interrogateurs qui tentent de le «casser» par différents subterfuges, le futur SAS ne peut donner que son nom, matricule, grade ou date de naissance.

Les rares candidats qui réussissent ce processus de sélection extrêmement difficile (moins de 10 %) obtiennent le béret du SAS de couleur beige et leur insigne. Puis, ils sont transférés dans un escadron opérationnel. Pour eux, l’entraînement n’aura toutefois jamais de fin, chaque jour du SAS étant consacré au perfectionnement et au développement de nouvelles habiletés
http://www.journaladsum.com/nouvelle.php?id=622




Revenir en haut Aller en bas
 
SAS britannique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
corps d'armée Algérienne :: ( Forces de Sécurités international )  :: Forces Spéciales commandos-
Sauter vers: