corps d'armée Algérienne
Bienvenue sur le forum corps d'Armée Algérienne DZ.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.la présentation reste de rigueur Merci.

corps d'armée Algérienne

Forces -Armée - Algérienne
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
présentation Obligatoire sur le forum la presentation doit se faire en même temps que l'inscription.
merci de vous rendre: http://forum-corps-armee-al.forumactif.org/t4-presentation
le non respect de cette formalité sera banni dans les heures qui suive
Merci de votre présence sur le forum.


Partagez | 
 

 Programme spatial Algérien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MOMO
Moderateur
Moderateur
avatar

Messages : 400
Réputation : 7
Date d'inscription : 25/01/2014
Age : 37
Localisation : partout

MessageSujet: Programme spatial Algérien    Ven 21 Mar - 22:32







Premier satellite 100% algérien et en cours de construction

Citation :
L’Algérie va entrer de « plein pieds » dans l’ère spatiale avec le lancement prochain d’un second satellite. Ce deuxième satellite algérien sera mis sur orbite au courant du 1er trimestre 2010, et viendra renforcer la « présence de l’Algérie » dans l’espace, a annoncé le directeur de l’Agence spatiale algérienne (ASAL), M. Azzeddine Oussedik.

Ce second satellite, Alsat-2, s’inscrit dans le cadre du programme spatial algérien à horizon 2020, adopté en 2006, et constitue une continuité du système Alsat-1 d’observation de la Terre. Selon le directeur de l’ASAL, il s’agit en fait d’un satellite d’observation de la Terre à haute résolution qui sera suivi du lancement de Alsat-2B, ainsi que d’un satellite d’observation de la Terre à moyenne résolution, Alsat- 1B, assurant la continuité de la mission d’Alsat-1.

A moyen et long termes, le programme spatial algérien à l’horizon 2020 vise à mettre en oeuvre d’autres systèmes spatiaux pour répondre aux besoins de couverture de l’ensemble des secteurs nécessitant l’utilisation et l’exploitation des images satellites.

L’Algérie a mis en oeuvre depuis 2006, quatre années après le lancement à partir d’une base spatiale russe de son premier satellite, Alsat-1 (23 novembre 2002), un vaste programme de développement de la recherche spatiale, la formation d’ingénieurs nationaux et la construction de satellites d’observation.

Ce programme, doté d’une enveloppe financière de plus de 82 milliards de dinars, couvre la période 2006- 2020. Selon le ministre des TIC et de la oste, M.Bessalah, ce programme prévoit la conception et la réalisation de systèmes spatiaux d’observation de la Terre à différentes résolutions spatiales et spectrales et un système spatial de télécommunications Alcomsat- 1.

Dans la continuité du système Alsat-1 d’observation de la Terre, le programme national prévoit aussi, à court terme, des satellites d’observation de la Terre à haute résolution Alsat-2, dont le lancement est prévu au cours du 1er trimestre 2010, Alsat-2B, ainsi qu’un satellite d’observation de la Terre à moyenne résolution Alsat- 1B assurant la continuité de la mission d’Alsat-1.

Pour son programme spatial, l’ASAL a formé une trentaine d’ingénieurs dans les centres de recherche spatiale en France et dans certains pays européens, pour notamment assurer le développement, le suivi du programme national, et surtout pour préparer l’après-Alsat-1.

Un certain retard dans le lancement du satellite Alsat-2 a été constaté par rapport au programme initial tracé par l’Agence spatiale algérienne qui devait lancer vers la fin 2008 et la fin 2009 les satellites Alsat- 2A et Alsat-2B.

Le programme Alsat-2, « qui avance normalement », comprend la réalisation, en partenariat avec l’ASAL, de ces deux satellites à haute résolution d’observation de la Terre. Le projet Alsat-2, qui devrait être concrétisé au courant du 1er trimestre 2010 avec le lancement effectif du satellite, était en réalisation depuis janvier 2006. Parallèlement à ce projet, une équipe de 30 chercheurs a été envoyée en 2004 à Toulouse (France) pour la réalisation du satellite Alsat-2A.

Cette équipe va réaliser au sein du Centre de recherches spatiales d’Arzew le 2e satellite, Alsat-2B, que l’Algérie « est en train de construire toute seule », selon M. Oussedik. Le coût global du programme d’Alsat- 1 (lancé en novembre 2002) avait atteint les 11 millions de dollars.

Ce premier satellite algérien a été lancé avec succès le 23 novembre 2002 à partir de la base de lancement de Plesetak en Russie. Il ouvrait la voie à une véritable conquête de l’espace pour les ingénieurs et techniciens algériens, et inaugure réellement l’ère spatiale algérienne.
http://www.algerie360.com/algerie/premier-satellite-100-algerien-et-en-cours-de-construction/


OBJECTIFS
• Couverture par imagerie satellitaire (2,5 m en panchromatique et 10 m en
multi spectral) du territoire pour les besoins des utilisateurs, notamment en
terme:

- de cartographie (cadastre, urbanisme, ressources naturelles, ...);
- de mise à jour d’informations spatiales pour la mise en place de bases de données;
- de gestion des risques majeurs;
- de planification agricole;
- d’aménagement du territoire;
- d’aide à la conception, la mise en oeuvre et le suivi des Plans directeurs et
− d’aménagement du territoire;
- d’amélioration des connaissances du domaine minier et des ressources en eau.

Spécifications du système ALSAT-2
 Système ALSAT-2 composé :
 Deux satellites d’observation de la terre à haute résolution
 Deux stations de contrôle et de commande (Ouargla et Oran)
 Une station de réception des données images (Ouargla)
 Spécifications Principale du satellite ALSAT-2A
 Résolution spatiale des images :
 2,5 m (mode Panchromatique)
 10 m (mode multispectral, 4 bandes) Largeur de la fauchée: 17,5 km
 Taille des scènes : 17,5 km × 17,5 km ; (bande 17,5 × 185)
(Possibilité de longueur de la bande jusqu’à 300 km)
 Capacité de prise : 100 scènes par jour (> 30 000 km²);
 Agilité opérationnelle (basculement roulis et tangage)
 Capacité d’avoir des images en mode stéréoscopique
 Meilleures couvertures
 Cryptage des données images
http://www.oosa.unvienna.org/pdf/pres/stsc2011/tech-06.pdf

L’ASAL forge les compétences algériennes aux techniques spatiales



Préparatifs du lancement du satellite Alsat-2A en Inde


Ce n’est pas la NASA américaine, ni l’Agence spatiale européenne, ou le programme spatial russe ou chinois, mais ça a le mérite d’être le produit de compétences nationales. Un tour d’horizon des grands pas, comparés aux modestes moyens, du programme spatial algérien.


Le programme spatial algérien, est désormais, pour beaucoup de pays en voie de développement, un exemple à suivre et à méditer. En dix ans, l’Algérie a réussi à mettre sur orbite deux satellites, ALSAT 1, en novembre 2002, depuis le centre spatial de Plesetsk en Russie, et ALSAT 2-A, en 2010, à partir du centre spatial SHAR (Chennai) en Inde. Deux autres satellites sont en projet. ALSAT 2-B, en cours de réalisation au niveau du Centre de Développement des Satellites (CDS) à Oran, et Alcomsat-1, un satellite qui doit être lancé en 2014, consacré aux télécommunications spatiales afin de fournir entre autres des services de télédiffusion, d’internet, de téléphonie, et VSAT. Ce parcours a permis à l’Algérie de passer, en 2002, du statut d’observateur au Comité pour l’Utilisation Pacifique de l’Espace Extra Atmosphérique (COPUOS), à celui de membre permanent au sein de comité onusien, et s’est vu même confier la présidence du sous comité scientifique et technique en 2008 et 2009. Une reconnaissance qui sera couronnée dès l’année prochaine par l’accès au poste de présidente du Comité pour l’exercice 2014-2015.
L’Algérie assure désormais la coordination du bureau d’appui régional d’Alger pour la prévention et la gestion des catastrophes naturelles et des situations d’urgence "UN SPIDER", couvrant la sous région Afrique du Nord et Sahel et abrité par la Direction Générale de la Protection Civile. Elle assure également la mise à disposition d’images à haute résolution (Alsat 2), dans le cadre de programmes internationaux : DMCII, Charte Internationale sur les risques majeurs. Selon M. Chaouch Abdelwahab, chargé d’études au sein de l’Agence Spatiale Algérienne (ASAL), le développement d’une coopération internationale a permis "un transfert technologique et une réelle appropriation de savoir faire dans le cadre de partenariats avec des pays avancés dans le domaine du spatial. Cela s’est traduit, par exemple, dans le cadre du projet Alsat-1, de la formation de 13 chercheurs algériens en partenariat avec le Royaume Uni pour le système spatial, et avec la Fédération de Russie pour le lancement. En parallèle, quatre titulaires de Ph.D et quatre Masters ont bénéficié d’une formation académique au Centre Spatial de Surrey (Royaume-Uni). Il y a eu également une formation dans le cadre du projet Alsat-2, au profit de 30 ingénieurs avec Astrium (Consortium Européen) pour le système spatial et l’Inde pour le lancement d’Alsat-2A". Selon M. Chaouch, cette coopération internationale se traduit aussi par "un partenariat mutuellement bénéfique, notamment en matière de systèmes spatiaux conjoints, d’applications communes (…) avec des pays en voie de développement". A ce titre, il cite le "projet de constellation Africaine (ARMC), actuellement en cours de préparation et qui englobe outre l’Algérie, l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Kenya".
Au service du développement de l’activité spatiale
La politique nationale en matière de développement des domaines de technologies et des applications spatiales remonte à 1987, avec la création du Centre National des Techniques Spatiales (CNTS), fruit d’une fusion entre l’Ecole Nationale des Sciences Géodésiques (Ministère de la Défense Nationale) et le Laboratoire d’Etudes Spatiales des Rayonnements (Haut Commissariat à la Recherche). De nombreux projets à caractère scientifique et applicatif avaient été développés dans les laboratoires du CNTS. Parmi ces projet : la réalisation de la cartographie et l’inventaire des nappes alfatières de la steppe en 1988, de la carte nationale de sensibilité à la désertification des wilayas steppiques, réalisée en 1996, la base de données urbaine de la ville d’Oran en 1997, le Système d’information Géographique (SIG) dédié à la gestion du réseau hydraulique urbain (cas d’Oran) en 1997, et de la base de données géographiques de la zone industrielle d’Arzew avec son système géodésique précis en 1996. Quant aux technologies spatiales, les premières années du CNTS étaient consacrées à la formation d’un noyau de chercheurs dans les domaines de l’instrumentation spatiale, de la mécanique spatiale et de l’électronique. Le projet de conception, de réalisation et de lancement du premier satellite algérien d’Observation de la Terre à moyenne résolution Alsat 1, a vu le jour grâce à une collaboration avec le Centre Spatial de Surrey (Royaume Uni). Les résultats obtenus par le CNTS dans les domaines de la formation, de la Recherche, du développement technologique et des applications, ont conduit à la création de l’Agence Spatiale Algérienne (ASAL) en 2002.
ALSAT 2-A, un succès économique
ALSAT 1 arrive en fin de vie en 2010, après 8 années de service, soit trois ans de plus que vie nominale prévue. C’est au tour d’une mini constellation de deux satellites, Alsat-2A et Alsat-2B, réalisé avec Astrium (Consortium européen) de prendre le relais. Alsat-2A est déjà sur orbite depuis 2010. ALSAT 2-B est en phase de réalisation. Les ingénieurs de l’ASAL assurent à partir de la station de Ouargla, toutes les activités de contrôle et de suivi du d’Alsat-2A. Plus de 50.000 produits images ont été envoyées depuis 2010 par ALSAT 2-A. Ces images ont été exploitées dans le cadre de projets d’envergure nationale, à l’exemple des projets de développement de l’agriculture saharienne : cas des wilayas de Biskra et El Oued, du développement et gestion des zones steppiques par utilisation des technologies spatiales, de la délimitation et la vérification des périmètres miniers, et bien d’autres. Ces images serviront également dans la mise en œuvre SIG dédié au plan d’aménagement et de gestion des pêcheries algériennes. Alsat-2B, en cours de réalisation dans le site du CDS à Oran, permettra pour sa part la mise en place progressive d’une compétence industrielle spatiale nationale. Cet objectif s’est déjà traduit par la réalisation des Moyens Sols Mécaniques nécessaires à la manutention du satellite et de ses sous systèmes par l’Etablissement de Construction Aéronautique de Tafraoui. Il y a lieu de noter que le coût du projet Alsat-2 constitue un succès économique remarquable. En comparaison avec un satellite identique du Vietnam, mis en orbite en mai 2013 et réalisé par le même partenaire, Alsat-2A a coûté 45% moins cher.




Citation :
En plus du projet de satellite "Alsat 2 B", qui sera fabriqué au CDS d’Oran pour être mis sur orbite avant fin 2013, l’Agence a programmé le lancement d’une série de satellites dont "Alsat 4" d’une technologie de pointe, en plus du satellite de communications "Alsatcom" qui permettra la réalisation d’un bon nombre d’objectifs dans le domaine de la radiodiffusion, le développement de la photo numérique et l’utilisation du téléphone portable et fixe.

Le programme de développement de l’activité spatiale algérienne, qui s’étend de 2006 à 2020, porte sur le développement des compétences, la concrétisation de diverses innovations telles que l’intégration des caméras dans les satellites et de panneaux solaires dans cette activité, ainsi que sur la modernisation des applications et des expériences pour le stockage de données et de contenus. Loin d’être des projets de "luxe", ces satellites serviront d’outils d’une grande importance pour plusieurs projets de dimension nationale, en fournissant une imagerie précise, acquise dans le passé en devises à l’étranger.

Incontestablement, entre le projet "Alsat 1" et "Alsat 2", il y a une évolution progressive de l’appropriation et la maîtrise du savoir-faire technologique.

Le premier satellite a été un "projet école", comme l’avait souligné le directeur général de l’ASAL, M. Azzedine Oussedik.

Pour lui, l’aspect le plus important dans ce programme spatial ce n’est pas le satellite mis en orbite ni les infrastructures mais cette valeur immatérielle que constitue le potentiel humain d’ingénieurs algériens qui ont appris à réaliser le satellite.

C’est justement ce potentiel humain et ces compétences avérées qui relèveront le défi de réaliser à Oran, ce troisième satellite. Avec le CDS, l’Algérie aura franchi un palier d’autonomie dans la réalisation des satellites. Son implantation au pôle technologique d’Oran, à proximité de l’Université des Sciences et Technologies "Mohamed Boudiaf", reflète ce souci de complémentarité entre les secteurs de la recherche de pointe et celui de l’enseignement supérieur.
http://www.djazair50.dz/?Technologie-spatiale-L-Algerie




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Programme spatial Algérien    Sam 22 Mar - 0:36

une gamme de renseignements qui va lancer la fusée transportant le satellite algérien AlSAT 3 à 6 504. Un satellite algérien industrie algérienne 1 000 pour cent, mais la question fait cela veut dire que l'Algérie possède des missiles balistiques à longue portée ?
LA QUESTION RESTE POSER


c'est ce site de l'Agence spatiale algérienne



L’Algérie deviendrait une puissance spatiale en 2014




Citation :
Une fusée algérienne transportant un satellite algérien appelé ALSAT 3, serait en lancement vers le mois de janvier 2014.

Selon des sources médiatiques algériennes, citées par la chaîne du Hizbollah libanais, Al Manar, l’Algérie lancerait sa fusée, depuis la base spatiale de Hammaguir à 120 kilomètres au Sud-Ouest de Béchar.

Le lanceur spatial algérien serait en cours de préparation finale.

La base de Hammaguir, avait été construite par l’occupation française, en 1952 et jusqu’en 1967, il avait abrité, le centre français interarmées d’essais d’engins spatiaux (CIEES).

Il dispose de quatre rampes de lancement, et avait permis le lancement des premières fusées spatiales françaises.

Il avait été abandonné en 1967 conformément aux Accords d’Evian.

En 2002, l’Algérie a décidé d’importer un programme spatial et de créer une agence spatiale dénommée ASAL (Agence spatiale algérienne) avec objectifs : Lancer 10 satellites dans l’espace d’ici 2017.

Le premier satellite algérien ALSAT 1 fut lancé le 28 novembre 2002 par un lanceur COSMOS 3M du Cosmodrome russe de Plesetsk.

Le deuxième satellite algérien ALSAT 2 A, a été lancé le 12 juillet 2010, du site indien de Sriharikota à Chennaï.

Le site internet de la chaîne chiite a déclaré tenir de sources fiables, que l’armée algérienne a contacté 5 pays pour se doter de techniques balistiques nécessaires à l’élaboration d’un lanceur spatial fiable
[b]http://www.lemag.ma/L-Algerie-deviendrait-une-puissance-spatiale-en-2014_a77933.html





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Programme spatial Algérien    Sam 22 Mar - 0:47

Algérie pénètre dans le Club des grands pays dans la recherche spatiale, qui comprend 12 pays seulement formellement http://arabic.news.cn/chinaarabic/2013-12/06/c_132944880.htm http://arabic.news.cn/science/2013-11/26/c_132918133.htm



Photo du centre de recherche spatiale d'Oran






https://www.facebook.com/
Revenir en haut Aller en bas
Air-Forces
Admin
Admin
avatar

Messages : 413
Réputation : 14
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 26
Localisation : France

MessageSujet: Re: Programme spatial Algérien    Sam 22 Mar - 14:00

Le satellite algérien ALSAT 1 a été lancé de Russie en 2002 et satellite QU'ALSAT 2 a été lancé en 2010 de l'Inde sera 2014 satellite ALSAT 3 et monticule sat 1 satellite qui serait suivi directement d'avec Bachar http://www.elbilad.net/article/detail?id=10280 amar alfzaeh




Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays.
John Fitzgerald Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
http://forum-corps-armee-al.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Programme spatial Algérien    

Revenir en haut Aller en bas
 
Programme spatial Algérien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
corps d'armée Algérienne ::  Sciences espace Aviation Civil  :: espace-
Sauter vers: